Electronique, cartes et guides

Publié le par Sylvie

Tout l’électronique (ordinateur, Palm, appareils photos) voyage emmitouflé dans des vêtements dans nos sacoches sous le siège. La suspension amortit bien les chocs. Nous verrouillons systématiquement l’objectif de l’appareil photo.


Compteur

On a préféré un compteur à fil (Cateye) car on nous avait dit que c’était plus robuste qu’un sans-fil. On ne sait pas ce que valent les sans-fils, ils sont peut-être tout aussi solides.

Le compteur de Sylvie nous a lâché sur la Carretera Australe après 18.000 km de bons et loyaux services. Peu de choix à Coyhaique, nous avons opté pour ce qui nous semblait le plus solide. Malheureusement l’affichage est blanc sur fond noir, très difficile à lire quand il y a beaucoup de soleil ou peu de luminosité.

 

Ordinateur

Un voyage à vélo est très différent d'un voyage sac au dos. Etant moins souvent dans les villes, on a moins de temps pour utiliser internet. Nous nous sommes vite rendu compte qu’un petit ordinateur était indispensable pour garder le blog à jour (on écrit beaucoup !). En Autriche, nous avons donc acheté un Palm, un HP iPaq 114 … seul problème, il est en allemand !

Le Palm n’est pas confortable pour taper de longs textes donc on a fini par acheter un petit ordinateur portable Acer Aspire One à Bangkok : 120 Go de mémoire, 1.4 kg. On peut visionner nos photos et les sélectionner avant de graver un CD, regarder des films, écouter de la musique, consulter internet, utiliser Skype et mettre le blog à jour. Le wifi est de plus en plus présent dans les guesthouses en Asie du Sud-Est et en Amérique du Sud.

Un ordinateur n’est pas indispensable bien sûr. Tout dépend de la fréquence et de la quantité d’information que vous comptez mettre sur votre blog. Si c’est un petit article de temps en temps, pas besoin d’ordinateur. Si, par contre, votre blog est aussi votre carnet de bord, réfléchissez-y !

Attention ! Nous avons chargé l’ordinateur au maximum de sa capacité et il est tombé en panne. En fait, les composants de cet ordinateur ne sont pas de très bonne qualité donc le réparateur nous a conseillé de le charger moins. A 50% de sa capacité (60G) il réagit bien.


Photographie

Lors de notre premier voyage, nous n’avions qu’un petit compact et nous avons souvent regretté de ne pas avoir de zoom. Le Pentax K10D est tropicalisé (résistant à la poussière, l’humidité etc.). Il est équipé d’un objectif Tamron 18-250 mm, lourd mais on ne regrette pas. Un appareil photo réflex plus petit aurait suffit mais nous avons eu beaucoup de problèmes de poussière avec notre compact Sony donc le fait qu’il soit tropicalisé nous a décidé. Au Japon, nous avons investi dans le nouveau Canon Powershot G11, très maniable et belles photos.

Un adaptateur de carte SD/Sony avec port USB évite de transporter les câbles pour transférer les photos de l’appareil photo à l’ordinateur (dans les cybercafés).

Pensez à partir avec plusieurs cartes mémoires de façon à ne pas avoir à effacer des photos quand vous vous retrouvez à court de place ! Une fois les cartes pleines, nous gravons deux DVD. Nous en envoyons un en France et gardons l’autre au cas où le premier se perde.


Energie / Panneau solaire

Tout dépend de votre style de voyage. En moyenne, nous nous arrêtons au moins une fois par semaine dans un hôtel ou une auberge ce qui nous permet de recharger appareils photo et ordinateur. Nous avons croisé plusieurs cyclistes avec panneau solaire et la majorité l’ont renvoyé au bout de quelques mois de voyage. Une autre solution est d’utiliser une dynamo couplée à une batterie.

Nous voyageons avec une batterie de rechange pour le Pentax et finalement nous l’utilisons très peu. Une batterie nous dure environ 3 à 4 semaines et nous prenons en moyenne une vingtaine de photos par jour.


Cartes et guides

Nous utilisons les cartes Rough Guides et Reise Know-how. Elles sont résistantes, plastifiées et indiquent les courbes de niveau (environ tous les 1.000 m). On en a trouvé toute une collection à Bangkok mais suivant les pays que vous traversez, il vaut mieux les acheter en Europe avant votre départ. Les offices du tourisme ont parfois des cartes détaillées de la région.

Nous sommes partis avec plusieurs kilos de guides. Ça rassure et c’est pratique pour planifier un voyage, une arrivée en ville…. Evitez les guides qui regroupent plusieurs pays (par ex : le guide ‘Moyen-Orient’). Ils ne sont pas assez détaillés et, au final, vous transportez un gros guide pour ne l’ouvrir que trois fois quand vous êtes dans le pays en question, pour chaque grande ville. Le guide Asie Centrale du Lonely Planet a été suffisant pour nous. Vous pouvez aussi partir sans guide (nous avons voyagé 3 mois en Argentine sans guide). Les guides Rough Guides, Footprint et Moon Travel (pour n’en citer que quelques uns) fournissent énormément d’informations gratuitement sur leur site. Pensez aussi à visiter les sites des voyageurs qui vous ont précédé pour obtenir des infos personnalisées ou découvrir des itinéraires peu connus.


GPS

Un GPS permet de charger des cartes électroniques (qu’il faut acheter), planifier votre route, connaitre votre position exacte, tracer une route (planifiée ou réelle) sur google en téléchargeant vos points…

Nous estimons que c’est un appareil qui coûte cher et n’est pas indispensable à moins de voyager dans un environnement sans routes marquées (comme un désert par exemple). Nous nous en sortons très bien avec une bonne carte, un compteur et (parfois) une boussole … et en demandant aux locaux !


Repousse-chien

Nous avons acheté deux Dog-tasers sur eBay mais ils se sont révélés totalement inefficaces. Peut-être une mauvaise marque? Nous avons racheté deux Dazzer II à Istanbul. Ils fonctionnent mais finalement nous les avons renvoyés car ils restaient souvent dans les sacoches. Si un chien nous fonce dessus soit on accélère et le chien s’arrête avant qu’on ne soit fatigué; soit, on descend du vélo et on parle au chien, ça fonctionne très bien.

Publié dans Infos pratiques

Commenter cet article