Voyager par avion avec un vélo et beaucoup de bagages

Publié le par Sylvie

Démonter et emballer le vélo

Chacun emballe son vélo comme il l’entend, et vous entendrez souvent le débat entre les gens qui préfèrent emballer complètement leur vélo dans un carton et ceux qui préfèrent ne pas trop les emballer afin que les porteurs voient que c’est un vélo et soient plus prudents.

Notre avis : ceci fonctionne pour certains aéroports et certaines compagnies aériennes. Dans les grands aéroports, nous pensons que les vélos ont plus de risques d’être abimés. De plus, certaines compagnies aériennes exigent que les vélos soient complètement emballés. Avant chaque vol, nous les démontons et les emballons complètement.  Nous sommes peut-être un peu excessifs mais nous préférons être surs, après tout ce sont nos bébés :o)

Voici comment nous opérons :

I. Démontage :

1.      Nous lavons complètement les vélos : cadre, chaine, dérailleur, pédalier, pneus etc.

2.      Enlevons et démontons les sièges

3.      Enlevons la chaine, l’emballons à plat entre 2 cartons et la scotchons sous le porte-bagage arrière

4.      Enlevons les pédales et le dérailleur et les emballons avec les attaches des sièges dans un petit carton que nous scotchons sur le dessus du cadre de façon à ce qu’il ne soit pas placé plus haut que le porte-bagage arrière

5.      Serrons les freins avant et arrière et dégonflons les pneus

6.      Retirons le guidon, le protégeons avec du carton et le scotchons sur le coté du cadre.

a.      Nous devons également glisser un tube en plastique à la place de la potence car le guidon et la potence sont solidaires (lorsque nous retirons la potence, la fourche n’est plus retenue, ce n’est pas le cas de tous les vélos).

b.      Attention que le guidon soit fixé de façon à ne pas abimer le cadre

7.      Retirons le tube avant du pédalier (enlever le tube avant, celui avec le pédalier, facilite l’emballage et permet d’avoir un paquet plus court).

a.      Nous protégeons entièrement le tube et le pédalier avec du carton et l’attachons sous le cadre au niveau du porte-bagage inférieur.

II. Emballage :

1.      Nous protégeons le vélo avant de le mettre dans les cartons en l’emballant de 2 ou 3 tours de film plastique alimentaire. Cela tient les pièces ensembles et protège le cadre.

2.      Nous glissons le vélo dans deux cartons à vélo emboîtés l’un dans l’autre

a.      Scotchons l’ensemble dans les trois dimensions

b.      Quelques tours de ficelle dans les trois dimensions

c.       Emballons le tout avec du film alimentaire plastique. Le film protège le carton d’éventuels trous, de la pluie, évite que des ficelles dépassent ou que le scotch ne se décolle.

3.      Perçons deux poignées de chaque coté du carton 

Matériel nécessaire par vélo :

1.      1,5 cartons à vélo

2.      150 m de scotch

3.      100 m de film alimentaire

4.      20 m de ficelle 

Emballer les bagages

Bagage a main :

Nous faisons passer le maximum de poids autorisé en bagage à main. En cabine, le maximum autorisé est un sac de 12 kg (ou, plus rarement, de 7 kg ou encore plus rarement 2 sacs de 10kg comme avec Air Canada) et un sac pour le matériel électronique (ordinateur, appareil photo, livre et magazines…). Nous prenons chacun une sacoche (qui n’est jamais pesée lors de l’enregistrement) et un petit sac à dos où nous mettons toute l’électronique.

Bagage en soute :

Nous emballons nos sacoches deux par deux dans des grands sacs en plastique épais en glissant en plus dans chaque sac la tente, les sacs de couchage… Nous entourons chaque paquet de beaucoup de scotch.

Mais plus récemment, nous emballons les sacoches dans des boîtes en carton, choisissez des cartons très solides et emballez-les avec beaucoup de film plastique alimentaire. 

Avant de voler sur la Nouvelle-Zélande ou l’Australie, nettoyez à fond tout votre matériel :

Tente, chaussures, sacoches ainsi que le vélo. La Nouvelle-Zélande a des problèmes de contamination des rivières par des algues et l’Océanie en général essaye de limiter au maximum l’entrée de micro-organismes étrangers. Sur trois vols en Océanie, on ne nous a demandé qu’une fois notre tente pour vérification.

N’oubliez pas d’enlever :

- De vos bagages en soute :

Allumettes et briquet (nous avons dû défaire nos paquets avant de voler d’Auckland à Melbourne !). Nous nettoyons la bouteille d’essence avec beaucoup de lessive et la prenons avec nous en bagage à main (nous nous la sommes fait confisquer à notre départ de Nouvelle-Zélande alors qu’elle était dans nos bagages de soute et bien nettoyée mais heureusement, ils n’ont pas pris la pompe).

- De votre bagage à main :

Briquet, allumettes, couteau et les contenants de plus de 100ml. Ça semble évident mais quand on a l’habitude de ranger canif et crème dans une sacoche et que c’est celle-là qu’on prend en cabine, on oublie facilement !

Au final, nous avons donc suivant les conditions de la compagnie:

Option 1 :

En cabine : 2 sacoches et un petit sac à dos

En soute :  3 gros paquets, une boîte où nous mettons les pièces de vélo (chaîne, dérailleur, pédales…) et nos deux vélos. Environ 100 kg de bagages…
Option 2 :
En cabine : 2 sacoches chacun
En soute :  2 gros paquets et nos deux vélos.

Transporter un vélo par avion (en mai 2010)

Les règles pour les objets encombrants et les équipements de sport diffèrent pour chaque compagnie aérienne. Il est donc essentiel de vérifier sur leur site internet. Air Canada, par exemple, stipule pour un vol Europe – Canada qu’un colis doit peser 23 kg maximum et que la somme des dimensions doit être inférieure à 158 cm. Les objets encombrants doivent peser au maximum 32 kg et la somme de leurs dimensions doit être inférieure à 292 cm.

Les vols sur l’Amérique du Nord et du Sud ont l’avantage de fonctionner au nombre de pièces ce qui revient souvent moins cher qu’un prix au kg, comme c’est le cas avec l’Asie. Dans le cas du nombre de pièces, essayez de jouer sur le poids excédentaire pour éviter d’avoir une pièce de plus. Par exemple, avec Air Canada : la taxe excédentaire revient moins cher avec 3 pièces de 23 kg et une de 32 kg (100$CAD d’excédent) plutôt qu’avec 4 pièces de 23 kg et une supplémentaire de 12 kg (225$CAD d’excédent). Pour un vélo avec Air Canada, rajouter 50$CAD de frais de manutention. Les compagnies aériennes qui transportent les vélos gratuitement sont malheureusement de plus en plus rares.

A savoir : Air Canada n’autorise maintenant plus qu’une pièce de 23 kg en soute sur un vol Europe – Canada mais deux bagages à main de 10 kg de chaque.

En Asie, les compagnies aériennes régulières chargent au kg et c’est parfois très cher. Thai Airways fait par exemple payer 23 euros/kg supplémentaire ! Nous avons réussi à négocier un rabais avec eux à l’aéroport mais ça reste très cher. Faites le tour des compagnies low-cost avant d’acheter votre billet. Tiger Airways (vols au départ de Singapour) fait par exemple payer 30$SGD (17 euros) pour un vélo et 15$SGD (8 euros) pour un paquet de 20 kg sur n’importe quel vol international… beaucoup plus abordable ! Air Astana (Kazakhstan) nous a fait payer un prix fixe par vélo tandis qu’Uzbekistan Airways (Ouzbékistan) nous a fait payer au kg.

Quelques jours avant le départ, nous appelons la compagnie aérienne et essayons de négocier un rabais en expliquant notre voyage. Si nous n’obtenons rien, nous essayons le jour du départ à l’aéroport et on nous fait toujours cadeau de quelques kg.

Publié dans Infos pratiques

Commenter cet article