Chez les troglodytes

Publié le par Sylvie

Göreme, Cappadoce ... 04/08 - 12/08

Voyage de luxe: sièges confortables, thé et biscuits servis par un steward ... c´est moins confortable quand il s´agit de dormir mais on réussit à avoir une banquette chacun. Au petit matin, nous découvrons un paysage unique, aride, des montagnes tabulaires aux lignes ocres, roses, dorées ...

Comme nous l´espérions, c´est la semaine des rencontres. Et, comme il se doit dans une région où l´histoire prime, nous ne rencontrons que des Français!

Le matin même, nous plantons la tente en face de François et Karine (Chambéry) et à côté de Benjamin et Charlyne (Strasbourg). François et Karine terminent un voyage d´un mois à vélo en Turquie. On passe deux jours à bavarder vélo, voyages ... On réussit même à leur faire décaler leur départ d´un jour! Il faut dire qu´ils ont 70 km à faire pour rejoindre Kayseri et partir à 2h de l´après-midi ne rime à rien ... Benjamin et Charlyne voyagent sac au dos, on se remémore notre voyage en Asie en les écoutant. Mais tout le monde part quelques jours plus tard, quel dommage!
Nous voilà obligés de visiter! Beaucoup de vallées sont accessibles à pied à partir de Göreme, on a bien fait de laisser les vélos surtout que les chemins sont plein de sable. Les plus belles vallées sont sans conteste les vallées Rose et Rouge (on vous laisse deviner la couleur de la pierre!). Ça et là, on tombe sur de petites églises aux peintures de  couleurs vives, taillées dans la roche. En cherchant une vallée, on arrive au bord d´une falaise, en face d´une ville creusée dans la roche! On se prend pour Indiana Jones! Finalement, on aura tout exploré: on remonte/descend chaque vallée jusqu´au bout et on longe aussi les crêtes ce qui nous permet de comprendre comment les vallées s´imbriquent. D´ailleurs, personne ne nous a prévenu mais il n´y a pas de carte de Cappadoce! Juste un schéma et après on est lâchés dans la nature ... Heureusement que je voyage avec Ben et son fameux sens de l'orientation!

On visite aussi Derinkuyu, une ville souterraine creusée à 100m de profondeur. Sylvie surmonte sa claustrophobie et ça vaut le coup! La ville pouvait abriter plusieurs milliers de personnes en temps de guerre. Pensée pour décourager les ennemis, les escaliers sont étroits et le plafond est bas. D´épaisses roues de pierre venaient fermer l´escalier pour retarder l´ennemi. On débouche sur de grandes salles: cuisine, chambres, et même une église. Des cheminées facilitent la circulation de l´air (évacuation des fumées et entrée d'air frais).

Un soir nous retrouvons notre tente littéralement encadrée par  5 camping-cars italiens (probablement parce que nous sommes sur une des rares places à l´ombre). Le responsable du camping ne fait aucun effort: "C´est mon camping, je fais ce que je veux!". Devant sa mauvaise volonté, Sylvie entre dans une colère noire et se met à emballer les affaires. Ben est furieux: "On aurait pu attendre demain, il fait nuit, quel camping choisit-on? On va devoir planter dans le noir ..." Ça, évidemment, Sylvie n´a pas eu le temps d´y réfléchir!

Finalement, c´est ainsi que nous sommes amenés à faire d´autres super rencontres. Le soir-même, Ben engage la conversation avec Géraldine. Elle et Kévin sont venus de Paris pour faire des randos et ont d´ailleurs miraculeusement échappés aux feux de forêt près d´Antalya. Kévin a déjà fait pas mal de randos mais pour Géraldine, le concept de prendre plus de 2 semaines de vacances est tout neuf! Ils sont emballés par notre voyage et on est ravis de leur montrer notre matériel, c´est mieux qu´un magasin de camping. Eux aussi partent mais, après avoir passé la matinée à bavarder, on a le temps pour un baklava en ville puis on les accompagne au bus. Ça fait bizarre de dire au revoir comme si on était chez nous.

Le lendemain, qui voilà? Les Français d´Unye! Eux aussi partent rapidement mais nous rencontrons dans la foulée Franck et Claudine (Marseille!) qui voyagent et dorment dans leur Espace. On trouve le concept génial. Ils sont passionnés de voyage et Franck étant un prof d´histoire hors pair, nous voilà partis à discuter en tournant toutes les heures autour un arbre pour rester à l´ombre.

Cette fois c´est Ben qui s´insurge:"On ne peut pas repartir demain!". Grâce à Murat, le responsable du camping, on réussit à changer les billets de bus, enfin on va passer plus de 24h avec quelqu´un. Confortablement installés à l´arrière de l´Espace, nous voilà partis. Nous commençons par explorer par une grotte aménagée. Franck nous explique: "Là c´était le puits, là, l´encoche pour fixer le treuil et remonter l'eau ...". Les troglodytes gardaient des pigeons pour fertiliser leurs champs. Leur richesse se mesurait d´ailleurs au nombre de pigeons qu´ils possédaient!
Nous sommes surpris, de nombreuses portes sont inatteignables. Les troglodytes étaient des Chrétiens qui se cachaient des Romains. Un système d´échelles leur permettait de rentrer chez eux. Si vous vous demandez comment ils montaient leurs courses ... Ils remontaient bois, eau et nourriture par des paniers qui passaient dans des trous creusés à travers les étages. La Cappadoce était une région volcanique dont le sol s´est un jour effondré. Le niveau actuel est donc beaucoup plus bas que lorsque les troglodytes logeaient là.

Nous visitons Avanos, un village où les périodes historiques s´entremêlent. Les maisons sont bâties sur les ruines! Ici, une maison grecque s´est effondrée et, juste à côté, on a bâti une nouvelle maison, en empruntant quelques pierres à la vieille maison. Pas de préservation historique mais c´est comme ça que ça se passait autrefois: on reconstruisait sur les ruines, les églises étaient transformées en mosquées ...

Notre dernière rencontre est avec France, Michel, Sacha et Russia (un bouvier bernois), de St Etienne. Ils reviennent d´un voyage en Jordanie et Syrie avec leur 4x4. Ce sont des pros, leur 4x4 est aménagé efficacement et on passe la matinée à leur poser des questions avec Franck et Claudine. Finalement eux aussi se laisse tenter et restent une journée de plus. Ils voulaient repartir pour la Bulgarie mais bah, la piscine c´est quand même mieux! Ben est ravi, il a plein de copains pour jouer dans le toboggan!! Le soir, on part visiter Mustafapasa, un petit village encore un peu épargné par le tourisme rampant. Une fête de circoncision et de mariage (on n'a pas bien compris) se déroule dans la rue: musique traditionnelle, quelques jeunes filles dansent au milieu tandis que les femmes plus agées et les hommes discutent assis sur des chaises, chacun de leur côté.

A regret nous quittons la Cappadoce. Après un dernier repas avec Franck et Claudine, ils nous accompagnent au bus:"Soyez prudents et envoyez des nouvelles, on suivra le blog!". Ah, ça fait du bien d´être chouchoutés! On est presque impatients de rentrer en France pour revoir tout le monde!
Entre-temps, Benoît a eu son lot d'émotions (Au coeur des combats). İl était à Gori 3h avant les bombardements! Heureusement, sans savoir ce qui allait se passer, il a embarqué dans un bus pour Tbilisi. Quelques jours plus tard, il réussit à prendre le train pour Baku non sans mal à cause de son vélo. La route par la Géorgie est donc fermée et toujours pas de nouvelles du visa iranien ...

Publié dans Turquie

Commenter cet article