Patagonie (Décembre 2009 - Mars 2010)

Publié le par Sylvie

La Patagonie est une immense région qui englobe le Chili et l’Argentine. Cet immense territoire commence à la hauteur de Temuco (Chili) avec la Région des Lacs et se finit à Ushuaia (Argentine), en Terre de Feu. Cette partie de l’Amérique du Sud est très fréquentée par les cyclistes, surtout la Carretera Austral. Choisissez bien votre destination, n’allez pas faire du vélo sur la côte est (côté argentin), c’est de la pampa : de grandes plaines sans intérêt où le vent souffle fort. A faire à vélo : la région des lacs, l’île de Chiloé, la Carretera Austral et la Terre de Feu.

Visa

Comme dans tous les pays d’Amérique du Sud, pas besoin de visa. Les douaniers ne nous ont jamais demandé de preuve de sortie sous trois mois.

Argent
1 euro = 715 CH$ (peso chilien)

1 euro = 5.5 Arg$ (peso argentin)

Retraits possibles :

Région des lacs : Villarica, Pucon, Entre Lagos, Puerto Varas (Chili). San Martin de los Andes et Villa La Angostura (Argentine).

Chiloé : Ancud, Castro, Quellon (un seul distributeur à Quellon).

Carretera Austral (Chili) : Coyhaique. La Junta et Villa Manihuales ont parait-il un distributeur mais nous n’avons pas vérifié. Distributeur à Cochrane mais il ne prend que les Mastercards (impossible de retirer avec notre carte Visa!).

Patagonie Sud : distributeur à El Chalten mais il est souvent en panne/en manque de billets. Distributeurs à El Calafate, Puerto Natales, Punta Arenas et Ushuaia.
 

Route & dormir

Les étapes détaillées avec kilométrage (et les dénivelés quand on y pense !) se trouvent sur la page des récits. Notre carte sur la page d’accueil comporte tous nos arrêts.

Guides : le Rough Guide Chile et le Footprint Patagonia. Le Rough Guide est plus détaillé pour ce qui est de la culture, l’histoire du pays, les visites tandis que le Footprint contient plus d’infos pratiques.

Cartes : carte Rough Guide du Chili. L’office du tourisme de Coyhaique (et probablement à La Junta) donne une très bonne carte de la région d’Aysen (de La Junta à Villa O’Higgins) avec campings et distances.

Internet : wifi dans la plupart des guesthouses (sauf à Coyhaique où il faut chercher et plus au sud). Accès wifi gratuit dans les stations-services Copec ainsi qu’à l’office du tourisme de Puyuhuapi. Les campings n’ont pas encore internet. 

Bus : nous avons mis vélos et sacoches dans un bus au départ de Santiago, la région des vins étant plate et sans grand intérêt. Les soutes des bus à deux étages sont trop petites, il n’y a que les bus à un étage qui sont possibles pour les cyclistes. Nous avons payé 35.000 pesos pour nous deux et nos vélos (les vélos se payent dans le bus) pour environ 10h de bus (Santiago – Temuco).


Magasins de vélo

Santiago : Bicimundo (Jaime Garmendia Infante), Vitacura 4868, tél : +562 21 86 543. Ce magasin existe depuis 1983 et le personnel est très sympathique et professionnel.

Puerto Varas : SportBici (propriétaire : Don Leo). Tél : 065 237 900. Sur Calle Colon avant l’intersection avec Calle Reloncavi. Ce minuscule atelier existe aussi depuis longtemps.

Il n’y a pas de magasin de vélo digne de ce nom à Puerto Montt et nous avons tourné plusieurs heures à Puerto Varas.

Villa Santa Lucia : il y a parait-il un habitant qui possède un Cannondale et des pièces de rechange !

Coyhaique : Figon sur Calle Simpson à l’intersection avec Calle Colon. Tous les cyclistes se repassent l’adresse. Le mécanicien sait tout faire et travaille bien et rapidement. Le magasin existe depuis 19 ans et a sauvé un bon nombre de vélos malmenés par la Carretera Austral. S’ils n’ont pas les pièces en stock, ils peuvent commander à Santiago et la pièce arrive en trois jours (nous avons dû commander de nouveaux moyeux pour nos roues arrière).

San Martin de los Andes (Argentine) : Bike Hostel (Maxi), Av. Koessler 1531, tél : 02972 424 117. C’est à la fois une hospedaje, un atelier de vélo et un loueur de vélo. Maxi déborde de gentillesse et d’énergie et il s’y connait en vélo !

Villa La Angostura : Taquari, Av. Arrayanes y Bd. Pascotto, tél 02944 488 415.

 

Réparateur d’ordinateurs

Puerto Montt : Tecnoarroba, Victor Oyarzo Rodriguez, tél : 297 097 cel : 768 177 07. Victor nous a réparé notre ordinateur pour un prix raisonnable et rapidement bien que pendant la période des fêtes.

 

Magasins de camping

Aucun problème à Pucon et San Martin. A partir de Puerto Montt, beaucoup plus difficile.

Puerto Varas : La Cumbre (de bon conseil et sympa) et North Face ont un bon choix de matériel.

Puerto Montt : Andes Gear, Mall Paseo Costanera del Mar, #137. Tél : 315 077. Bon matériel et bons conseils. Andes Gear est aussi à Punta Arenas.

Coyhaique : Condor Explorer et North Face mais le choix est beaucoup moins vaste que plus au nord.

 

Région des lacs : Temuco – San Martin de los Andes – Puerto Varas (750 km)

Nous avons suivi la route 5 sur une cinquantaine de km après Temuco puis nous avons roulé sur les petites routes et les chemins de terre jusqu’à Puerto Varas. La Panaméricaine (route 5) est très fréquentée et sans intérêt sauf pour ceux qui veulent aller au plus court.

Le ripio désigne une route en terre en plus ou moins bon état.

 

Temuco – San Martin de los Andes (300 km)

Route

Après environ 40 km, la route 5 bifurque vers Villarica. Après Villarica, la route monte sur environ 10 km puis ondule jusqu’à Lican Ray. De Lican Ray, nous avons longé le Lago Calafquen par l’est et le sud jusqu’à Panguipulli. Après Conaripe, 17 km de ripio : 10 km de montée puis la route monte et descend.

Après Panguipulli, nous avons longé le Lago Panguipulli en passant par Choshuenco. 25 km après Panguipulli, la route n’est plus goudronnée (et ne l’est pas avant San Martin). Le ripio est en plus ou moins bon état, terre et graviers, et la route monte et descend le long du lac (superbe route jusqu’à Puerto Fuy). Après Choshuenco, la route monte presque tout le temps jusqu'à Puerto Fuy (20 km). Le Salto de Huilo Huilo (1.500 pesos/pers.) vaut le détour, une chute d’eau de 40m de haut coule entre des parois de lave noire. La route au sud du Lago Panguipulli était fermée (effondrée) quand nous sommes passés et nous avons donc décidé de passer par l’Argentine. Le bateau part en début d’après-midi de Puerto Fuy et la traversée dure 1h30. Nous n’avons pas payé le trajet (coup de chance).

A 8km de l’embarcadère : douane chilienne. Puis sur 3 km : gros cailloux, route en mauvais état mais relativement plate. 12 km : douane argentine. 14 km : hosteria et lac (agréable pour pique-nique). 20 km : la route monte sur 1.5 km puis redescend sur 3 km. 28 km : la route monte en lacets très raides sur 5 km. Elle redescend sur 1.5 km avant de remonter de nouveau, moins raide, sur 4 km. 38 : la route ondule sur 6 km avant de descendre sur San Martin sur 10 km (où on retrouve l’asphalte).

 

Avitaillement

Entre les villages, il n’y a rien alors prévoyez suffisamment de provisions et d’eau. Nous transportions 1.5L chacun et avons filtré plusieurs fois sur la route (beaucoup de cascades et de rivières). L’eau du robinet est potable au Chili et en Argentine, nous avons souvent demandé de l’eau aux gens sur la route.

Villarica, Panguipulli et San Martin : grands supermarchés.

Lican Ray, Choshuenco, Neltume, Puerto Fuy et douane chilienne : petits magasins (pâtes, sauce tomate, soupe, thon, biscuits).

 

Dormir

Villarica : trois campings côte à côte le long du lac, 3.000 pesos/pers.

Lican Ray : camping Trinidad à l’entrée de la ville (celui prétendument pour les cyclistes, quelques km avant, est hors de prix). 3.000 pesos/pers.

Panguipulli : camping El Bosque, première à droite au rond-point après la station service. 3.000 pesos/pers. Camping mal entretenu mais en centre ville (autres campings hors de la ville).

Choshuenco : le village est 4 km après l’intersection (il faut faire un aller-retour pour aller à Puerto Fuy). Camping 3.000 pesos/pers. Quelques hospedajes également. Possible aussi de camper gratis sur la plage.

Puerto Fuy : interdit de camper sur la plage mais nous avons campé sur un petit bout de gazon près du lac.

San Martin : un de nos meilleurs souvenirs ! Bike Hostel, Av. Koessler 1531 (la rue par laquelle on arrive), 40 pesos/pers. petit-déjeuner inclus. Nous nous sommes sentis comme à la maison, super ambiance grâce à Maxi. Quelques campings dont un à l’entrée de la ville, à droite après l’intersection.

 

San Martin de los Andes – Puerto Varas (450 km)

Route

Nous avons fait la classique Route des 7 lacs (San Martin – Villa La Angostura), très fréquentée malgré le ripio et très jolie.

A la sortie de San Martin, la route monte sur 20 km (pente facile) puis ondule. 58 km après San Martin, la route n’est plus goudronnée (ripio) sur 48 km. La route monte et descend avec quelques bonnes montées après le Lago Espejo Chico. Les montées ne font jamais plus de 1-2 km. Nous l’avons fait en 3 jours mais la route se fait facilement en 2 jours. Les détours de 2 km par le Lago Hermoso et le Lago Espejo Chico valent le coup.

Côté chilien, la route ondule, les pentes ne sont pas très importantes et les montées ne font jamais plus de 2-3 km. Nous avons repassé la frontière au niveau de Villa La Angostura, Bariloche nous semblant trop touristique. A 24 km de V. Ang. : douane argentine. 26 km : la route monte sur 17 km et atteint le col et la frontière. La route descend ensuite sur 5 km puis ondule sur 5 km. 63 km : douane chilienne. 70 km : camping d’Anticura. Après le camping, la route descend sur 8 km, ondule sur 20 km puis est relativement plate sur 20 km. Après Entre Lagos, la route est en ripio sur 37 km. Le bitume reprend sur 24 km jusqu’à Las Cascadas, puis à nouveau ripio/travaux sur 20 km jusqu’à Ensenada. A Ensenada, la route bifurque à gauche pour Petrohue (10 km de goudron puis 6 km de ripio). La route monte tout du long sans difficulté majeure. A partir d’Ensenada, la route est à nouveau goudronnée.

 

Avitaillement

San Martin (rue principale, près du lac), Villa La Angostura, Puerto Varas : grands supermarchés.

Entre Lagos, Las Cascadas, Ensenada : petits magasins.

Rien sur la route des 7 lacs, prévoir suffisamment pour midi et soir au départ de San Martin.

Eau : beaucoup de rivières et lacs.

 

Dormir

Lago Falkner : un camping payant sur le côté gauche et un gratuit sur le côté droit juste après.

Lago Espejo Chico : camping, 40 pesos pour 2 avec douche chaude. Un camping gratuit 7 km après et un camping payant 11 km après.

Villa La Angostura : cabanas pour 4 pers, 90 pesos pour 2 pers. 2ème rue à droite après le rond-point, passer 6 intersections, les cabanas sont sur la gauche, tenue par un couple sino-japonais très sympa.

Anticura : camping, 70 km après Villa La Angostura.

Desague Rupanco : 16 km après Entre Lagos, camping gratuit, endroit utilisé par les pêcheurs (on nous a donné un saumon !).

Las Cascadas : camping 3 km après la sortie du village, 3.000 pesos pour 2 pers. Douche froide.

Petrohue : 2 campings, un de chaque côté de la rivière. Un peu plus cher que le camping d’Ensenada.

Ensenada : camping La Montana, emplacements abrités du vent. 4.000 pesos pour 2 pers.

Puerto Varas : cabanas Amancay, 564 calle Walker Martinez 40.000 pesos négocié 35.000 pesos pour 4 pers. Puerto Montt est une ville plutôt déprimante, n’y allez que si c’est nécessaire !

 

Chiloé : Puerto Varas – Quellon (320 km)

Route

Ferry Pargua – Chacao : le bateau se prend une soixantaine de km après Puerto Montt. 1.600 pesos/pers avec le vélo. 3 ou 4 bateaux/h de 6h du matin à 11h du soir, 1 bateau/h la nuit. La traversée dure 20 min.

Ferry Quellon – Chaiten : nous avons acheté les tickets sur internet (18.000 pesos/pers.). Nous n’avons pas payé pour les vélos et on ne nous a rien demandé sur le bateau. Quand vous choisissez les sièges, prenez en avec une allée devant, nous avons dormi, un par terre et un sur 2 sièges. Le départ est annoncé pour minuit mais en fait le bateau est parti à 3h30 du matin. Arrivez à 8h du soir comme ils le demandent pour bien caler les vélos (le second du bateau est très sympa et accommodant !). Arrivée le lendemain matin vers 7h.

 

Chiloé est une île très vallonnée, beaux paysages donc mais peu de plat. Les pentes ne sont pas très longues heureusement et ne sont raides que du côté de Quemchi-Dalcahue. Chiloé nous a plu pour ses églises en bois et son atmosphère relax.

De Chacao, nous sommes passés par Ancud puis avons bifurqué jusqu’à Quemchi. Inutile d’aller jusqu’au village, c’est la côte qui vaut la peine. Pour aller sur l’île Aucar, tourner à gauche juste avant le pont (et la grande côte). Après l’intersection pour Quemchi, il y a environ 35 km de ripio et de bonnes montées puis le goudron reprend (avec une pente très très raide mais courte). Le village de Tenaun et son église colorée sont à 8 km de l’intersection. Beaucoup de pluie ce jour-là donc nous avons continué directement sur Dalcahue.

De Dalcahue, nous avons pris le ferry (gratuit) et le bus (1.200 pesos/pers) pour Achao. S’il fait beau, la balade vaut la peine pour la route et l’église d’Achao.

La route pour Castro comporte quelques côtes assez raides aussi mais courtes. Castro est une ville agréable, jolie église et palafitos (maisons sur pilotis) colorés. La route de Castro à Quellon se fait facilement en une journée. Route très vallonnée sur les 40 premiers km. Un café à 42 km de Casstro. La deuxième partie est moins vallonnée avec seulement deux côtes bien raides d’environ 1 km chaque.

 

Avitaillement

Ancud, Castro, Quellon : grands supermarchés.

Dalcahue: petits magasins.

 

Dormir

Chacao : camping dans le jardin d’un particulier 1 ou 2 km après le bateau, 1.500 pesos/tente.

Ancud : Su casa, 841 calle Alerce, 7.000 pesos/pers, sdb commune. Hospedaje très chaleureuse, couple très sympa, pièce commune avec poêle à bois et wifi. Possible de cuisiner. Petit déjeuner copieux et délicieux.

Isla Aucar : 3 km après la bifurcation pour Quemchi, nous avons campé à côté de l’église.

Dalcahue : Hospedaje Nacho sur la rue principale, côté gauche, en tournant à droite à l’intersection. 13.000 pesos pour une chambre double avec sdb. Les chambres dans la maison sont beaucoup plus agréables que dans la cabana. Famille sympathique. Il y a aussi un camping à la sortie de la ville, sur le côté gauche de la route, en allant vers Castro. Possible de cuisiner dans la cabana.

Castro : Hospedaje Aguero, 449 calle Chacabuco, près du bord de mer. 14.000 pesos pour une chambre double. Pas possible de cuisiner.

Quellon : Hospedaje Don Ariel, Pedro Aguirre Cerda Esquina Anibal Pinto N 348, 10.000 pesos pour une chambre double.

 

Carretera Austral : Chaiten – Villa O’Higgins (1015 km)

Comme on nous l’avait annoncé, nous avons eu plus souvent du vent de dos (venant du nord), bien agréable ! La route est difficile, beaucoup de ripio (route en terre), des montées raides et beaucoup de pluie (plus que d’habitude mais cette région est de toute façon très humide). La récompense c’est de superbes paysages, très verts du coup, des sommets enneigés, une multitude de cascades près de la route, des lacs et des fjords.
Prévoyez une tente qui tient le vent et la pluie, des vêtements chauds et imperméables.
Nous avons tous les profils de la Carretera Austral (altitudes/km). Ecrivez-nous et nous vous les enverrons.

Détails de la traversée Villa O’Higgins – El Chalten (et dans l’autre sens) :

http://www.villaohiggins.com/crossing/

 

Chaiten - Coyhaique (435 km)

Route

Chaiten vaut le détour pour son ambiance de village fantôme, à moitié enseveli sous les cendres. Si vous avez le temps, baladez-vous 1h ou 2 dans le village. Les maisons près du front de mer ont été dégagées mais celles près de la rivière, au fond du village, sont ensevelies jusqu’au toit. La route est goudronnée sur 29 km puis c’est du ripio jusqu’à l’intersection avec Puerto Cisnes (220 km de ripio). Une exception : 20 km de ripio qui commencent 9 km après le camping de Lagos de las Torres (les 7 derniers km sont en très mauvais état mais la route est plate ou en descente).

Au départ de Chaiten, la route monte et descend sur 60 km. Juste après le Ventisquero Yelcho, la route monte assez raide sur 6 km (ripio en bon état) puis redescend sur environ 6 km.

15 km avant La Junta : route en travaux, en très mauvais état. A l’entrée du Parc National de Queulat, la route se rétrécit en un chemin et les montées-descentes sont un peu plus raides. Après Puyuhuapi, la route longe le fjord (montées-descentes). 41 km après Puyuhuapi : côte de Queulat, montée de 8 km et descente de 7 km. La pente est moins raide que celle de Chaiten mais le ripio est très mauvais (gros cailloux) ce qui rend la montée plus fatigante. Le jour où nous sommes passés, pluie battante, ce qui ne nous a pas facilité les choses. La montée est plus difficile (plus raide, plus longue et ripio en plus mauvais état) en venant du nord que du sud. La récompense est une superbe vue sur les sommets enneigés en haut de la côte (par temps clair !).

Après l’intersection avec Puerto Cisnes, la route est à nouveau goudronnée et monte et descend. 24 km après l’intersection, montée assez raide de 2 km, surtout difficile à cause de l’énergie dépensée dans la côte de Queulat ! Superbe vue au lac de las Torres, en bas de la descente (lac entouré de montagnes).

35 km après le Lago de las Torres : la route descend, bonne pente sur 8 km puis plus faible sur encore 7 km (jusqu’à Villa Manihuales).

13 km après V. Manihuales : intersection route 7 (ripio) et route 240 (goudronnée). Il n’y a qu’une différence de 10 km et tous ceux qui ont pris la route en ripio nous l’ont déconseillée. La route monte plus et est en mauvais état. Sur les 40 premiers km (jusqu’à l’intersection avec la route pour Puerto Aysen), beaucoup de montées et descentes et vent de face. Pour pique-niquer, s’il pleut (comme pour nous), continuez après l’intersection (à gauche), les abris-bus sont plus fermés environ 1 km après l’intersection. La deuxième partie remonte une rivière et est beaucoup moins vallonnée (plus de descentes que de montées, il nous a semblé). 73 km après V. Manihuales : montée de 6 km qui commence par un court tunnel éclairé. Descente de 6 km suivie d’une montée assez raide d’1 km avant d’arriver à Coyhaique.


Avitaillement

Coyhaique : deux grands supermarchés sur calle Simpson. Unimarc nous a paru moins cher et surtout mieux approvisionné.

Chaiten, Villa Santa Lucia, La Junta, Puyuhuapi, Villa Amengual, Villa Manihuales : petits magasins et panaderias (boulangeries). Tout coûte le double ou le triple du prix à Chaiten (le pire, c’est le pain, 120 pesos pour un petit pain quand on peut en avoir 4 pour 300 pesos ailleurs). Pétrole (pour le réchaud) à La Junta et Villa Manihuales. Villa Santa Lucia et Villa Amengual sont des villages plus petits que La Junta et Villa Manihuales.
 

Dormir

Chaiten : la ville a été bien abîmée à la suite de l’éruption du volcan Chaiten en mai 2008. Une centaine de personnes (au lieu des 4.000 avant) y habitent encore mais il n’y a ni eau ni électricité (générateurs le soir). Cabanas Pudu sur le bord de mer (au bout de la rue), 40.000 pesos pour 4 pers.

23 km après Chaiten : Amarillo camping. Hospedaje 1 km plus loin dans le village. 52 km : Yelcho de Patagonia, cabanas et camping. Pour les voyageurs fortunés (24.000 pesos pour camper !). 60 km : Ventisquero Yelcho (glacier suspendu) et camping gratuit au pied du glacier, au bord de la route.

Villa Santa Lucia : une hospedaje et des cabanas mais nous avons campé dans un grand champ sur la droite du village. 24 km de VSL : café et cabana (3.000 pesos/pers.). 30 km : camping et cabanas. 40 km: lodge. 50 km : cabana. 66 km : camping, 3.000 pesos/pers.

La Junta : hospedaje Cordillera, calle Manuel Montt, 5.500 pesos/pers. petit-déjeuner inclus. Bon office du tourisme, ouvert assez tard (18 ou 19h au moins), avec toute la liste d’hospedajes.

Puyuhuapi : camping La Sirena sur le bord du fjord. 2.500 pesos/pers. Ce camping est le seul que nous ayons vu avec des abris pour les tentes et un abri chauffé au bois pour manger. Sous les abris, pleins de fils à linge, idéal après quelques jours de pluie ! Plusieurs hospedajes et cabanas également dans le village.

17 km après Puyuhuapi : camping et cabanas. 22 km : Ventisquero Colgante, entrée 3.000 pesos/pers. et camping 5.000 pesos jusqu’à 6 pers. Le glacier vaut le coup, malheureusement pour nous, tout était dans les nuages et sous la pluie ce jour-là. 30 km : lodge.

Nous n’avons pas réussi à atteindre Villa Amengual et avons campé dans un champ, 25 km avant. Nous avons demandé plusieurs fois à des fermiers et ils nous ont toujours permis de camper dans leur champ en nous offrant, quand ils pouvaient, un abri pour nous sécher et même dormir.

Environ 80 km après Puyuhuapi : camping.

Villa Amengual : quelques hospedajes mais il vaut mieux faire 8 km de plus jusqu’au lac.

Lago de las Torres : camping au bord du lac, prix spécial cyclistes (2.500 pesos/tente, 4.000 pesos pour les autres voyageurs), abris pour manger et même mettre la tente. Superbes vues sur les montagnes enneigées autour du lac.

Villa Manihuales : Jorge loge les cyclistes gratuitement ! Très sympa, il aime le vélo et apprécie les efforts que demande la Carretera Austral. Il a récupéré un ancien camp de camionneurs et accueille là tous les cyclistes qu’il rencontre sur la route. Pas facile à trouver : juste avant la Copec, prendre la rue en travaux sur la droite et aller tout au bout. L’endroit est sur le côté droit, derrière une grille, un bâtiment préfabriqué en U, murs bleus et toit rouge. Edgardo, le cousin de Jorge est là quasiment en permanence.

Coyhaique : beaucoup d’hospedajes mais nous avons dû tourner avant d’en trouver une avec des chambres libres dans nos prix.

Hospedaje Natti sur calle Simpson, 7.000 pesos/pers avec petit-déjeuner. Chambres spacieuses et propres. Camping pour 4.000 pesos/pers dans le jardin. Endroit agréable et relaxant mais pas de wifi ! Sur Baquedano, hospedaje Daniela, 5.000 pesos/pers avec wifi et sans petit-déjeuner. Plus loin du centre et chambres petites mais propres. Sur calle Colon, hospedaje Aire Patagonia, 6.000 pesos/pers avec petit-déjeuner et wifi.

Laverie: sur Simpson, un peu plus haut après Figon, 1.300 pesos/kg et le linge est prêt en quelques heures !

Coyhaique – Villa O’Higgins (580 km)

Route

Coyhaique est le dernier endroit ‘développé’ sur la route avant El Chalten. Mais le ‘désert de civilisation’ ne nous a pas déplu, bien au contraire ! Pensez juste à faire vos dernières courses importantes, ensuite, on trouve toujours du pain, des pâtes et de l’avoine !

La route est asphaltée sur 110 km, jusqu’à Cerro Castillo. A la sortie de Cerro Castillo, les roues retrouvent le ripio, jusqu’à El Chalten. La qualité du ripio varie beaucoup mais en général c’est le cocktail habituel de gravier, pierres et tôle ondulée. Après Cochrane, le ripio se détériore mais comme nous a dit un habitant de Villa O’Higgins : ‘c’est mieux que quand il n’y avait pas de route du tout !’.

Jusqu’à Cerro Castillo, la route ondule monte graduellement (cols à 35, 60 et 85 km) puis descend sur 14 km jusqu’au village. A la sortie de Cerro Castillo, montée de 9 km. Le col suivant est à 60 km (montée graduelle sur 20 km) puis descente raide de 10 km. Ensuite la route est plate jusqu’à Puerto Tranquilo. Entre Puerto Tranquilo et Puerto Bertrand, la route ondule le long du lac General Carrera (superbes paysages). La route est plus difficile entre Puerto Bertrand et Cochrane (50 km), trois montées successives escarpées.

A la sortie de Cochrane, la route monte sur 7 km puis ondule sur 30 km. 40 km après Cochrane, descente de 7 km puis ondulations. A l’intersection avec Caleta Tortel (105 km de Cochrane), grosse montée de 10 km, ondulations sur 5 km puis descente raide sur 7 km jusqu’à Puerto Yungay.

La route de Rio Bravo à Villa O’Higgins (100 km) est très éprouvante par mauvais temps mais faisable en une journée. 20 km de plat puis trois montées assez raides sur 25 km. Plat sur 25 km puis une petite côte à 70 km. Ensuite la route ondule. Lorsque vous voyez Villa O’Higgins, de l’autre côté du lac, il reste encore 20 km (la route tourne pour éviter des marais) !

 

Traversée Villa O’Higgins – El Chalten :

Pédaler 8 km jusqu’à l’embarcadère puis 2h30 de bateau pour traverser le lac et débarquement à Candelario Mancilla où une famille habite. Camping et hospedaje et aussi location de chevaux pour transporter les bagages. Il se peut que les chevaux soient de l’autre côté auquel cas il faut attendre le lendemain pour passer la frontière. Nous recommandons fortement mettre les bagages sur les chevaux si vous avez plus que deux sacoches.

Le chemin monte beaucoup sur 6 km (nous avons poussé nos vélos à vide, pierres et sable) puis il est possible de pédaler la plupart du temps sur les 10 km suivant. Les 7 derniers km jusqu’à Laguna del Desierto sont un vrai cauchemar. Les Argentins tentent de décourager les gens de traverser… Il faut enjamber de gros troncs d’arbres, traverser des ruisseaux (plus ou moins profonds, avec ou sans pont), patauger jusqu’aux chevilles dans des bourbiers et pour finir, pousser le vélo dans (ou au-dessus) une rigole profonde et étroite (trop étroite pour y mettre le vélo et soi … les sacoches, on n’en parle même pas !).

Une fois le passeport tamponné, on campe au bord de la lagune où on embarque sur le bateau. Une fois de l’autre côté, il reste 40 km jusqu’à El Chalten (ripio).

Puerto Tranquilo : la croisière aux grottes de marbre nous a beaucoup déçus. C’est beau mais pas de là à payer 13 euros… Nous aurions mieux fait d’aller au glacier Los Exploradores, beaucoup moins fréquenté que le Perito Moreno et où on peut faire de la marche sur glacier.


Avitaillement

Cochrane : un magasin relativement grand sur la place principale (on y trouve de tout, des légumes à la purée en passant par des tronçonneuses et des ponchos pour la pluie !). Les stocks varient selon les arrivages donc s’il n’y a pas de purée ou de flocons d’avoine, pas de panique, il y en a sûrement dans les petits magasins aux alentours !

Villa Cerro Castillo, Puerto Tranquilo, Puerto Bertrand, Villa O’Higgins : petits magasins et panaderias. Peu de choix à Puerto Bertrand mais Cochrane n’est pas loin!

Fantastiques empanadas à Puerto Tranquilo, en face des agences pour les croisières aux grottes de marbre.
 

Dormir

Villa Cerro Castillo : quelques hospedajes et campings. Nous avons été au camping tout au fond du villaje, 4.000 pesos/pers. Petits abris et douche chaude (au feu de bois !).

Rio Murta : Il n’y a rien sur les 110 km qui séparent Villa Cerro Castillo de Puerto Tranquilo. Nous avons campé près de la rivière, avec les vaches !

Puerto Tranquilo : un camping dans le village et deux à la sortie sud du village. Nous avons logé à six dans les cabanas à l’entrée du village, 35.000 pesos pour six.

37 km après Puerto Tranquilo : quelques km après l’intersection, sur le côté gauche, un fermier loue son terrain avec une belle vue sur le lac, 1.500 pesos pour deux.­

Puerto Bertrand : pas de camping mais camping sauvage possible quelques km au sud du village. Superbe cabana à six dans la descente vers le lac, 40.000 pesos pour six. Il y aussi des hospedajes.

Cochrane : camping dans le village. Nous sommes restés chez Hugo à Hostal Latitud 47 Sur (Lago Brown 564). Hugo est un personnage et est très sympa ! 10.000 pesos la chambre double avec petit-déjeuner gargantuesque.

Campings : environ 45 km après Cochrane, tourner à une intersection à droite en bas d’une descente, deux campings, l’un 4 km après l’intersection, l’autre (Los Nadis), environ 8 km après l’intersection. Sur la route, quelques possibilités de camping sauvage ainsi qu’un camping payant (80 km). Grand abribus bien abrité à l’intersection avec Caleta Tortel et mirador ave abri 1 km plus haut.

Puerto Yungay / Rio Bravo : pas de camping mais camping sauvage possible. Peu d’endroits pour camper entre Rio Bravo et Villa O’Higgins, beaucoup de marais et zones souvent inondées.

Villa O’Higgins : le plus connu est le camping d’El Mosco qui fait aussi dortoirs. C’est un peu l’usine donc nous avons préféré aller chez Alfredo à l’Hostal Runin, a droite en entrant dans le village (environ 20.000 pesos la chambre double avec sdb et petit-déjeuner). Il y a aussi un camping moins cher et moins fréquenté qu’El Mosco, juste après l’Hostal Runin. Egalement plusieurs hospedajes dans le village.

Patagonie Sud : El Chalten – Ushuaia (1275 km)

El Chalten – Puerto Natales (540 km)

Route

Après les paysages verdoyants de la Carretera Austral, c’est le choc : la pampa, de grandes étendues d’herbe jaunie par le vent ondulent sous des cieux changeants. Ici, ce n’est plus autour de soi qu’il faut regarder mais au-dessus ! La région est très ventée, vents dominants d’ouest, les nuages passent à toute allure et le ciel est en paysage en soi.

Une portion de ripio : 65 km entre El Cerrito (100 km au sud d’El Calafate) et Tapi Aike. La route fait un triangle, deux branches sont goudronnées mais le chemin le plus court pour Puerto Natales ne l’est pas.

La route est plate ou ondule légèrement la plupart du temps. Une longue montée graduelle de 20 km, 45 km au sud d’El Calafate.

Le vent souffle parait-il le plus souvent de l’ouest sur la route d’El Calafate et parfois très fort. Nous avons eu la chance de l’avoir de l’est en arrivant et de quitter El Calafate avec un vent d’ouest !

El Chalten : ne manquez pas la marche au Fitz Roy (Lago de los Tres). 9h de marche mais ça vaut vraiment le coup !

El Calafate : vous pouvez essayer d’aller en stop au Perito Moreno. Le bus coûte 80 pesos AR et l’entrée au parc, 75 pesos. Préférez le bus qui part vers 13h et revient à 22h (billet à la station de bus), le gros des visiteurs part à 18h, pendant 2h vous avez le glacier (presque) pour vous !

Puerto Natales/Torres del Paine : entrée au parc, 15.000 pesos ; AR en bus, 10.000 pesos ; bateau pour traverser le lac, 11.000 pesos aller ou 18.000 pesos AR. Nous n’avons fait que deux marches à la journée (par flemme !) et nous le regrettons un peu. Les Torres ne sont pas aussi spectaculaires que le Fitz Roy mais les paysages sont beaucoup plus variés, ce qui ne peut s’apprécier qu’en restant plusieurs jours dans le parc… C’est aussi un bon moyen de rentabiliser les frais d’entrée !

Avitaillement

El Calafate, Puerto Natales : grands supermarchés. Ne manquez pas la pâtisserie Don Luis à El Calafate, dans la même rue que le camping Los Dos Pinos (250 calle 9 de Julio). Les meilleures facturas de la Patagonie!

El Chalten : petits magasins. Bonnes empanadas pas chères et pâtisseries sur la place principale.

Eau : nous roulions toujours avec 3L d’eau chacun pour la journée. Il y a rarement plus de 60 km entre les points d’eau (rivière, estancias, carabineros…) mais prenez tout de même en compte le vent. S’il souffle de face et fort, vous ne ferez peut-être pas plus de 40 ou 50 km dans la journée !

Dormir

El Chalten : région touristique, on oublie les chambres doubles ! Un lit en dortoir coûte entre 40 et 60 pesos argentins. Nous sommes restés au camping El Refugio, 20 pesos/pers avec douche chaude. Les abris ne sont pas très bien conçus mais s’il fait mauvais, un lit en dortoir coûte 30 pesos et donne accès à la cuisine chauffée. Campings gratuits dans la forêt sur les chemins pour aller au Fitz Roy.

Campings : La Leona, à 110 km d’El Chalten, 40 pesos/pers (beau camping). Luz Divina, à 123 km d’El Chalten, 20 pesos/pers (camping sur la plage). Facile de faire du camping sauvage avant ou après ces campings.

El Calafate : un lit dortoir coûte environ 40 pesos (auberge la plus connue, El Huemul, dans le centre). Nous sommes allés au camping Los Dos Pinos, plus tranquille que le camping municipal, 20 pesos/pers. (chambres doubles à 90 pesos).

Campings : Pelque police station, 120 km après El Calafate. Fabian est posté sur ce bout de ripio pour les touristes qui auraient un accident. Il adore avoir de la compagnie alors n’hésitez pas à vous arrêter chez lui. Le camp de travailleurs d’El Cerrito, 20 km avant, est tenu par deux hommes très bizarres, mieux vaut ne pas s’y arrêter (nous y avons juste pris de l’eau).

Camp de travailleurs de Tapi Aike, 165 km d’El Calafate, à la fin du ripio. Ils ont un dortoir de 4 personnes et vous laisseront y dormir s’ils ont de la place. Egalement un camping avant Rio Turbio.

Puerto Natales : Cabanas La Ultima Esperanza, 481 O’Higgins, propriétaire très sympa et cabanas très confortables. 25.000 pesos pour 4 pers. Beaucoup d’hospedajes en ville.

 

Puerto Natales – Ushuaia (730 km)

Route

Paysages identiques. Nous avons vu beaucoup d’animaux : tatous, faucons, renards gris, nandous et même un condor, juste après Rio Grande.

Une portion de ripio : 170 km entre Porvenir et San Sebastian (côté argentin).

La route monte sur 13 km à la sortie de Puerto Natales puis elle ondule. Environ 108 km après PN, montée graduelle de 25 km. La route entre Porvenir et San Sebastian ondule mais beaucoup de cyclistes réussissent à faire l’étape en une journée quand le vent souffle d’ouest (ça n’a pas été le cas pour nous !). Deux montées avant Ushuaia : à 50 km de Rio Grande, 10 km de montée graduelle, descente de 10 km puis montée de 8 km. Ensuite, descente sur Ushuaia.

Le vent forcit souvent en début d’après-midi donc nous préférions partir tôt. Cela dit, il est difficile de généraliser, nous avons aussi eu du vent en début de matinée !

Punta Arenas : nous avons fait l’excursion à la colonie de pingouins Seno Otway, moins chère que celle de l’ile Magdalena (sauf si vous voulez une croisière). Environ 25.000 pesos pour deux entre le transport et l’entrée au parc.

Quitter Ushuaia : ce n’est pas tout d’y arriver, il faut aussi en repartir. Les bus acceptent les vélos jusqu’à Rio Gallegos, ensuite rien n’est sûr à moins de faire des sauts de puce. Les bus longue distance sont à deux étages donc pas de place pour les vélos dans la soute à bagages. Les bus pour Punta Arenas et Puerto Natales prennent les vélos. Une autre solution est de mettre le vélo dans le camion d’un transporteur mais il n’y a pas de garantie de date d’arrivée (certains cyclistes ont attendu leur vélo pendant plus de deux semaines).

Pour les longues distances (nous sommes remontés sur Mendoza), l’avion ne coûte pas tellement plus cher que le bus et c’est beaucoup moins de soucis.

Deux compagnies aériennes : LAN et Aerolineas Argentinas. LAN est moins cher mais les vols se remplissent plus vite. Nous avons volé avec AA sur Mendoza et en avons eu pour environ 600 euros à deux avec 100 kg de bagages et vélos.

Le propriétaire du camping La Pista Del Andino (Fernando, tél : 29 0141 4664) peut vous emmener à l’aéroport avec vélo et bagages pour 30 pesos (beaucoup moins cher que les taxis).

Avitaillement

Punta Arenas, Rio Grande, Ushuaia : grands supermarchés. Ne manquez pas la panaderia El Union à Tolhuin !

Eau : comme plus haut, il se passe rarement 50 ou 60 km sans croiser une estancia, un village, un poste de carabineros. Nous avions toujours 3L chacun par sécurité.

Dormir

Morro Chico et Villa Tehuelches : demandez conseil aux carabineros, ils vous diront où camper et vous ravitailleront en eau. A 65 km d’El Calafate, hôtel Rubens. Plusieurs estancias sur les 100 premiers km depuis Puerto Natales puis rien sur 50 km (entre Morro Chico et Villa Tehuelches).

50 km après Villa Tehuelches, abribus et station service, pratique pour pique-niquer au chaud ! 70 km après VT, carabineros de Kon Aiken.

Punta Arenas : Hostal Independencia, 374 av Independencia. 5.500 pesos pour une chambre double avec un énorme petit-déjeuner. Probablement le meilleur rapport-qualité prix de toute la Patagonie. Eduardo est très sympa et vous donnera toutes les informations nécessaires sur Punta Arenas et les environs. Camping pour 2.000 pesos/pers. Beaucoup de cyclistes et motocyclistes.

Quelques estancias entre Porvenir et San Sebastian. Abribus à 70 et 110 km de Porvenir. Nous avons dormi côté chilien chez les carabineros mais ils étaient très réticents. Vous serez mieux accueilli chez les douaniers argentins (pièce chauffée !).

Plusieurs estancias entre San Sebastian et Rio Grande (eau et possibilité de demander pour la tente).

Rio Grande : Club Nautico, au bout de Bernardo O’Higgins. Camping 20 pesos/pers. Dortoir (matelas au sol dans une salle de yoga!), 30 pesos/pers. Chambre double pour 80 pesos.

Tolhuin : camping et hospedajes. Le propriétaire de la panaderia La Union loge tous les cyclistes qui se présentent, il suffit de demander au comptoir ! Si vous voulez apprendre à faire des pâtisseries, vous pouvez aussi y travailler gratuitement. Quoi de mieux pour un cycliste affamé que de dormir dans une boulangerie ?!

Ushuaia : la ville est très chère. Camping La Pista del Andino 3 km en dehors de la ville. Une très bonne option est l’Hostal Aonikenk, 576 calle 25 de Mayo. 120 pesos pour une chambre double avec petit-déjeuner. Superbe vue sur la baie et le propriétaire est très sympa. Les hostals dans le centre tournent autour de 60 pesos pour un lit en dortoir et 160-180 pesos pour une chambre double. 

Publié dans Infos pratiques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article