Cuisine et eau

Publié le par Sylvie

Réchaud

Nous sommes plutôt satisfaits du Primus Omnifuel. Il permet de chauffer à l’essence ou au gaz, mais par économie, on utilise surtout de l’essence. Le gaz permet de nettoyer le réchaud.

Nous avons eu plusieurs problèmes au début du voyage, aux causes pas forcément faciles à détecter, et à chaque fois, nous avons dû démonter tout le réchaud. Plusieurs autres voyageurs ont aussi eu des problèmes avec le même réchaud. Il semble que le MSR Whisperlite soit plus fiable (mais il ne fonctionne qu’à l’essence et la pompe en plastique est plus fragile).

Après deux ans de voyage, nous avons compris que le réchaud est un élément fragile qui demande à être nettoyé régulièrement. Maintenant, notre réchaud fonctionne mieux.

Attention au bruit ! L’Omnifuel est relativement bruyant, le Whisperlite, comme son nom l’indique, chuchote… quand au nouveau MSR XGK, il fait plus de bruit qu’une fusée !

Pensez à enrouler le pare-vent en aluminium sur la bouteille à essence. Plié, il se déchire très vite.

 

Popote

Nous avons deux casseroles en titane de 1L et 1,5L (REI Ti Ware). C’est un peu juste pour les jours de ‘grande faim’. Deux casseroles nous permettent de jongler avec les plats : pendant qu’on finit de préparer les pâtes hors du feu, on met déjà l’eau à chauffer pour les thermos du petit-déjeuner. Le titane est plus léger que l’aluminium et permet de chauffer le dîner plus vite. Par contre, impossible d’utiliser les couvercles comme poêle, ça chauffe beaucoup trop vite et les aliments brûlent. Nous avons donc une poêle en aluminium pour faire sauter les crêpes ou faire des œufs brouillés. Les casseroles étaient antiadhésives au début mais le revêtement est vite parti. Cependant les pâtes ou la soupe n’attachent pas trop au fond.

Le petit-déjeuner : le must, le porridge ou flocons d’avoine. Depuis qu’on en prend le matin, finies les fringales à 10h du matin ! Se déguste avec du lait froid ou chaud. Pas besoin de faire cuire, nous mélangeons avoine et lait en poudre et versons simplement l’eau chaude dessus. Aromatiser avec du miel, du chocolat en poudre, des fruits secs… La semoule de blé est aussi un bon petit-déjeuner mais nourrit moins que l’avoine. Nous avons trouvé de l’avoine partout : au Kazakhstan, en Thaïlande, au Japon, en Argentine…

Le café : si vous ne supportez pas l’instantané, achetez un filtre en tissu réutilisable. Vous pouvez aussi le fabriquer : un morceau de t-shirt cousu autour d’un fil de fer en forme circulaire au diamètre de votre tasse, et voilà le filtre ! Autre système : une grille circulaire au diamètre de la tasse (nous utilisons un bouchon à évier !). On met le café moulu au fond de la tasse, l’eau chaude, on attend quelques minutes puis on met la grille (comme un po­­ussoir).

Les snacks : caloriques, les cacahouètes, noix, fruits secs, bananes. Désaltérant, les pommes et les pêches. Les biscuits ne calent pas aussi bien que les fruits secs.

Le déjeuner : en Asie, on trouve facilement de quoi déjeuner sur la route. En Amérique du Sud, nous avions choisi l’option facile des sandwiches jusqu’au jour où nous avons eu une overdose de thon et de jambon-fromage ! Depuis nous cuisinons une salade la veille au soir : riz ou boulgour avec des lentilles ou des pois chiches, agrémenté de carottes, œufs durs, thon … le choix est vaste. Nous mettons le riz et les lentilles à tremper dans une casserole dès qu’on arrive le soir et nous le cuisons quelques heures plus tard pendant que nous dînons. Nous avons moins faim avec ces salades qu’avec des sandwiches. Nous faisons durcir des œufs en avance et les conservons trois jours dans une petite boite à œufs.

Le dîner : en camping, nous sommes paresseux ! En entrée : une soupe déshydratée nous permet de récupérer eau et sels minéraux perdus pendant la journée ainsi que de patienter avec quelque chose de chaud pendant que les pâtes cuisent. Plat de résistance : pâtes à la tomate agrémentées de fromage en poudre, ail en poudre, origan, thon… Les autres cyclistes font souvent des plats plus élaborés avec des légumes, des épices, du riz … Nous préférons un repas qui se prépare rapidement. Les légumes pèsent lourd et nous profitons des jours d’arrêt pour manger des produits frais.

Et la vaisselle ? Nous sommes partis avec 500ml de liquide vaisselle (on ne réfléchit pas forcément au poids quand on n’a jamais voyagé à vélo !) pour nous rendre compte après plusieurs mois que nous l’utilisions rarement. En camping sauvage, nous préférons éviter de contaminer les rivières. Un bon Tamponjex et de l’eau froide suffisent. Pour les fonds de casseroles récalcitrants, le sable fonctionne très bien. Si vous devez économiser l’eau, les poches à eau MSR ont un mode d’ouverture qui ne laisse passer qu’un filet d’eau. Vous pouvez aussi enlever un maximum avec de l’herbe avant de laver. Les camping payants ont souvent l’eau chaude ou du liquide vaisselle.

 

Eau

Deux poches à eau de 6 L (MSR Dromedary Bag) nous suffisent largement. Nous transportons souvent, en plus des gourdes et thermos, chacun une bouteille d’eau d’1.5 ou 2L. Attention à la façon dont vous stockez les poches à eau. Les nôtres fuient au niveau du bouchon, nous n’avons peut-être pas été assez soigneux.

Les thermos sont très pratiques pour le matin : on fait chauffer l’eau du thé et du café la veille et les thermos gardent l’eau chaude jusqu’au matin. Pas besoin de ressortir le réchaud le matin ! Pratique aussi pour avoir de l’eau fraiche les jours de grande chaleur. Ou un thé chaud pour les journées très froides.

Nous utilisons le filtre (Katadyn Pocket) de préférence au Micropur. C’est plus rapide, il n’y a pas de produits chimiques et le goût est meilleur. Récemment, nous avons découvert une autre alternative : le Steripen, un stylo tout léger qui stérilise l’eau (valable pour les eaux claires).

Choisissez un filtre résistant. Katadyn a trois catégories de produits : la 1ère est pour l'eau du robinet, la 2nde pour les eaux peu troubles et la 3ème pour les eaux terreuses. Si vous avez l'intention de filtrer de l'eau de rivière, choisissez au moins un filtre dans la catégorie intermédiaire. Nous connaissons deux couples de cyclistes dont le filtre a cassé très rapidement, ils filtraient de l'eau de rivière avec le Katadyn Mini (conçu pour l’eau du robinet).

Nettoyez votre filtre : quand la pompe oppose de plus en plus de résistance, c’est que la cartouche du filtre est encrassée. Démontez-le, passez un coup de Tamponjex (éponge verte fournie avec le filtre) et vous pouvez filtrer à nouveau.

Bassine pliante (Ortlieb 10L). Légère et compacte, nous ne pouvons plus nous en passer pour :

- Faire la lessive : on peut y mettre à tremper quelques t-shirts ou deux pantalons. Les taches partent mieux si vous laissez le linge tremper 30 min – 1h plutôt que de le laver sous l’eau courante.

- Prendre de l’eau à la rivière pour ensuite la filtrer dans les poches à eau.

- Prendre une douche : une fois la bassine pleine, nous nous douchons avec une tasse.

- Transporter des affaires : très pratique comme ‘panier’ de douche pour y mettre serviette éponge, shampooing, savon…

- Il y a sûrement d’autres utilisations que nous n’avons pas encore découvertes !

 

Stockage

On utilise les sacs congélation (Ziploc) pour les poudres (lessive, sucre, lait en poudre etc.) et aussi pour protéger nos passeports, l’ordinateur, éviter que le shampooing ne fasse des dégâts dans les sacoches.

Les bouteilles Nalgene sont pratiques pour les liquides (liquide vaisselle, huile d’olive, huile pour le corps). Jamais de fuites!

On conserve la pharmacie dans une boite Tupperware pour éviter d’abîmer les plaquettes de comprimés.

Publié dans Infos pratiques

Commenter cet article