Noël au chaud

Publié le par Sylvie

Vientiane ... 19/12 - 05/01


Nous suivons Brice sur sa moto dans les rues de Vientiane à moitié plongées dans l'obscurité. Nous avions déjà passé deux semaines chez Brice et Vanh il y a trois ans lors de notre voyage en Asie. Nous sommes impatients de revoir toute la famille : les parents de Vanh, ses sœurs, la petite Aline qui n'avait que six mois lors de notre dernier passage et Estelle, la petite dernière née un mois plus tôt.

On loge chez Brice, dans leur petite maison construite à l'arrière de la maison principale. Ce n'est pas très grand : une cuisine, une salle de bains, une chambre et un salon tout en enfilade mais les pièces sont aménagées à l'européenne, on s'y sent bien. En France, chaque pièce remplit une fonction : on dort dans la chambre, on dîne dans la salle à manger, on regarde un film dans le salon... Au Laos, les pièces ont plusieurs usages : à midi et le soir, on décroche une petite table en rotin du mur et tout le monde mange autour assis sur de petits tabourets bas ; le soir, on déroule des matelas, la chambre à coucher est prête ! Bien qu'il y ait deux plaques à gaz, la famille de Vanh cuisine encore souvent sur le foyer dans la cour. Il y a un côté social qu'on ne retrouve pas quand on cuisine debout  seule devant une gazinière : pendant que le riz collant réchauffe dans un panier ou que le poulet grille au barbecue, on papote, assis sur des tabourets.

La vie se déroule paisiblement. Le matin, Brice part au travail (quand il ne reste pas à la maison, c'est les vacances après tout !). Les femmes vaquent aux tâches quotidiennes : balayer, faire à manger, s'occuper des enfants, faire la lessive... On pense à la vie stressée des femmes en Europe qu'elles soient seules ou en couple : déposer le bébé chez la nourrice ou à la crèche, emmener les enfants à l'école, travailler toute la journée et reprendre les tâches ménagères le soir. Ici, les tâches sont partagées et si Vanh doit faire une course, elle peut laisser Estelle à sa mère ou à une de ses sœurs. Pour nous, c'est encore plus relaxant. Une fois les vélos et nos affaires nettoyées et le blog plus ou moins à jour, on se repose ! Le midi, Vanh cuisine lao ou français (mmm, les spaghettis bolognaise, le gratin au chou-fleur, les steaks pour Ben !). De temps en temps, elle saute sur son scooter et ramène des nems vietnamiens ou du poisson grillé en croûte au sel. Tous les matins, une des filles va chercher deux baguettes pour Ben. Sylvie espère qu'entre le beurre et le Nutella, il va bien finir par reprendre du poids, moins de 10 kg d'écart c'est quand même écœurant !

Grâce à Brice, nous faisons une apparition dans le Vientiane Times ! Nous avions déjà été interviewé en Turquie mais nous n'avions pas eu l'occasion de voir l'article. Cette fois-ci, Brice nous envoie un scan de l'article en anglais ... ça y est on est célèbres ! Vous pouvez lire l'article dans l'album photo du Laos.

Le jour de Noël, rien ne change. A l'heure où c'est la course effrénée pour les derniers achats de Noël en France, ici personne ne bouge. Noël ne signifie rien pour les Laos, pour la plupart bouddhistes. Et quant au nouvel an, au Laos, c'est en avril et ils sont largement en avance sur nous. En avril 2009, ils fêteront le début de 2552 ! Toun, une soeur de Vanh, nous rejoint avec Jacob, son ami allemand. On fête Noël tous les six devant un poulet curry ananas cuisiné par Ben et une tarte au citron meringuée faite par Sylvie. On s'arrache un peu les cheveux pour cuisiner : le matériel n'est pas du tout adapté à la cuisine française. Impossible de casser un œuf sur le bord rond du saladier, le plat (pas de moule à tarte) ne rentre pas dans le four mais Ben trouve une solution en déformant le moule ! Et on se bat pour la plaque de cuisson. Sylvie veut préparer sa crème au citron mais Ben craint que son poulet ne refroidisse donc il monopolise le gaz !! Au final, tout le monde se régale.

Le 31 décembre, Brice et Vanh font un basi pour Estelle. Un basi est une cérémonie pour porter chance. La dernière fois, on avait eu droit à un basi rien que pour nous ! Le père de Brice en avait fait un aussi pour porter chance au nouveau bureau de sa société. Cette fois-ci, c'est pour célébrer la naissance d'Estelle. On pensait que la cérémonie aurait lieu le soir, pour combiner avec le nouvel an (et boire un peu moins !). Mais il parait que quand il s'agit d'un bébé, le basi doit être fait le matin. Tout le monde se réunit autour d'un savant arrangement floral agrémenté d'un poulet froid, de riz collant et d'une bouteille d'alcool. Un vieil homme récite des prières puis chacun attache de petits bracelets blancs aux poignets d'Estelle. Comme elle est minuscule, on dirait qu'elle a deux manches blanches ! Brice et Vanh reçoivent aussi plein de bracelets puis chacun commence à en attacher aux autres membres de la famille. La personne qui attache le bracelet prononce pour chaque nœud un vœu de bonheur : 'Beaucoup d'argent, bon travail, beaucoup d'enfants, bonne santé...'. La fête se finit, comme d'habitude au Laos, devant une montagne de nourriture arrosée de pas mal d'alcool. Le soir, on laisse les derniers éméchés et on fête le nouvel an chez Michel, le père de Brice, et Vi, sa femme. Au menu, ni huîtres ni bûche glacée mais du mouton au barbecue (élevé par Michel), une grosse salade et quelques cocktails ... on finit très gais, sur un mélange de musique française et lao !

A Vientiane, nous revoyons enfin Amanda et Olivier (globicyclette). Nous les avions rencontré à Paris lors de la préparation de notre voyage. Ils sont partis un an et demi avant nous et leur site était notre thérapie quand on avait l'impression que le jour du départ n'arriverait jamais. Ils sont partis en sens inverse : Amérique du Sud, Chine, Mongolie, Kazakhstan, Khirghistan ... et on se retrouve au Laos ! On espérait faire un bout de chemin ensemble mais ils montent au nord tandis qu'on descend sur Bangkok. On leur donne toutes les infos et les profils des routes montagneuses. On rencontre également Fabien et Coralie qu'Amanda et Olivier ont croisé à Bangkok. Eux ont traversé l'Asie en 2CV ! Nous passons quelques jours ensemble, on se retrouve pour déjeuner et on parle voyages ... On apprend ainsi que les procédures pour entrer en Thaïlande ont changé depuis notre dernier passage. On ne peut maintenant plus rester que 15 jours. Au-delà, il faut demander un visa, payer et attendre quelques jours. Notre vol pour Auckland étant le 19 janvier, on calcule le jour de notre départ du Laos de façon à ne rester que 15 jours ... et nous retardons notre départ du Laos de deux jours.

Publié dans Laos

Commenter cet article