Le long du Danube

Publié le par Sylvie

Tuttlingen - Dillingen ... 19/05/08 au 25/05/08

Nous quittons le Rosengarten revigores par un solide petit dejeuner et inspires par ces bons moments passes a discuter avec les proprietaires. Il pleut toujours mais moins qu'hier et a partir d'aujourd'hui c'est cense etre plat jusqu'a la Mer Noire ... hum!
Cette premiere etape est la plus interessante du parcours allemand, le Danube serpente entre des gorges. Nous sommes tous les deux un peu decus, il est tout petit (nous ne sommes qu'a 30 km de la source) et il n'est pas bleu! Ben et moi avions tout les 2 en tete que le Danube serait forcement bleu!! C'est une semaine de vacances en Allemagne, beaucoup de familles a velo. On rencontre une sympathique famille allemande accompagnee d'une amie anglaise. Quelle surprise d'apprendre que c'est son fils qui a construit le bateau de l'equipe qui a fait le tour du monde sans moyens motorises (bateau, roller, velo etc). Son site: Expedition 360. On rencontre des gens celebres sur la route!
Nous dejeunons dans une ferme auberge tout ce qu'il y a de plus typique: un bon plat de pates pour nous redonner de l'energie (ai-je deja dit qu'on mange comme des ogres depuis qu'on pedale?) servi par une Alsacienne ravie de pratiquer son francais.
Le camping de Sigmaringen est plein de familles en vacances ... vacances sportives: Il y a un pere et ses 2 enfants a velo (on lui fait essayer le notre), un pere et ses 2 fils en canoe et encore une famille a velo qu'on retrouvera un peu plus loin a Ulm.
Le jour suivant, accueil bizarre au camping qui est en fait au terrain de tennis. On croit que la dame nous dit qu'on peut faire notre cuisine a l'abri mais en fait, elle nous disait juste de vite planter notre tente a cause de la pluie et de revenir payer ...
Le jour suivant, nous battons nos records de vitesse dans une descente (la route n'est pas si plate que ca!): 47km/h pour Sylvie et 52 km/h pour Ben ... ca a du bon de porter plus lourd ;o)
La route est beaucoup moins passionnante qu'au debut, on ne voit pas beaucoup le Danube, on pedale entre les champs, le temps ne s'est pas ameliore et le vent souffle dans la mauvaise direction. Motives par nos records de vitesse, on decide de faire 70 km et de dormir a Ulm. Mais il n'y a pas de camping et l'auberge de jeunesse est trop chere ... arret 30 km avant, le camping tant vante sur le prospectus de l'office du tourisme est en fait en construction! 2e camping fantome en 3 jours, ca commence a faire beaucoup ... Un cycliste nous aide, prend son telephone portable ... on se regarde avec Ben et on a la meme pensee: c'est sur, il appelle sa femme et lui demande si ca ne la derange pas de recevoir 2 cyclistes trempes pour une nuit ... grosse deception, il verifie juste qu'il y a bien un camping a 5 km en arriere! On est un peu deprimes ce soir-la, il pleut, les sanitaires sont sales et le rechaud marche mal donc on mange froid ...
La semaine se finit heureusement en beaute avec la visite de Carole (soeur de Ben) et Sophie (une cousine). Elles arrivent avec une voiture remplie de nourriture (leur devise: c'est la voiture qui porte!), de bieres et de vin wouaaaaaaahhhh .... Il y a meme de la mousse au chocolat faite maison gardee au frais dans la glaciere ... c'est quand meme chouette le camping!Merci les filles!!!!
On passe 2 jours super, visite de Ulm (tres jolie ville) et repos pour tout le monde. On leur dit adieu le dimanche apres-midi, ce sont les dernieres personnes connues qu'on voit avant longtemps ...

Dillingen - Au ... 26/05/08 au 01/06/08

Au camping ce soir-la nous faisons une rencontre formidable: Benoit, un Quebecois qui fait aussi le tour du monde a velo (Cyclo-nomade) ... mais un peu plus vite que nous! Quand on lui pose la question rituelle: combien de km aujourd'hui? Il nous repond: 180 ... On est tellement ebahis qu'il nous dit en rigolant: il faut que je repete? 180 km. Benoit voyage a velo depuis une vingtaine d'annees, on passe la soiree a discuter et a glaner des conseils. Les deux principes fondamentaux: partir tot (on part a 10h30!) et s'organiser pour avoir un minimum a paqueter le matin. On met en application des le lendemain matin, depart 9h (c'est tard pour Benoit mais il est sympa, il nous attend!). On fait la premiere 1/2h ensemble puis on le laisse s'envoler ... mais on le retrouve le soir meme, le camping a 150 km etait ferme ... quelle bonne surprise! Il nous donne rendez-vous a Vancouver en juin 2009 pour faire la traversee du Canada ensemble ... on espere bien y etre!
Cette semaine marque un tournant important dans le voyage: nous nous levons desormais a 6h30, nous reorganisons de nos sacoches de facon a avoir un minimum a ranger le matin ... et ca marche, on fait 20 a 30km de plus par jour. C'est tres motivant de se poser pour le dejeuner et d'avoir deja fait 30 ou meme 40km!
Nous rencontrons egalement un couple francais, Mireille et Roger. Eux aussi nous boostent: ils sont tous les deux retraites et font 80 a 100km/jour ... Tres sympathiques, nous nous retrouvons au camping le soir apres l'etape et passons de bons moments, ils ont beaucoup voyage. Ils font aussi le trajet jusqu'a la Mer Noire mais malheureusement nous nous perdons de vue apres Passau, ils vont trop vite pour nous !!!
Le paysage est toujours aussi ennuyeux mais nous traversons de tres jolies villes pour compenser: Neuburg, Ingolstadt ...
Nous passons la frontiere autrichienne une vingtaine de km apres Passau et la, enfin, le paysage change! Le fleuve s'elargit et coule au milieu d'une vallee verdoyante parsemee de charmants villages ... Nous nous posons dans un petit camping tres tranquille au bord du Danube (Inzell). On a bien merite un jour de repos apres tous ces km! Journee lessive, nettoyage des velos, lever tard ...
Il y a beaucoup de circulation sur le Danube: barges lourdement chargees souvent immatriculees Roumanie, luxueux bateaux de croisiere, bateaux passeurs en bois pour les pietons et cyclistes et une pleiade de petits bateaux a moteur.

Au - Vienne ... 02/06/08 au 07/06/08


On quitte le camping a regret ... On se retrouve encore une fois a rouler un dimanche, dur, dur pour trouver de quoi dejeuner. On ne s'est jamais organises comme les Jolivot qui preparent le dejeuner la veille. On trouve de quoi manger au gre des villages qui ne regorgent pas de magasins d'ailleurs. On trouve beaucoup d'Aldi, Lidl et autres Penny Market, tous des magasins pas chers (les marchandises sont presentees dans les cartons!) et seulement aux abords des villes assez importantes. Le dimanche, c'est encore plus complique, tous les magasins sont fermes. On se rabat sur les boulangeries et les pizzerias (tres bon rapport quantite-prix!) ... Ici c'est bizarre, les sandwiches sont tout petits et les gateaux sont enormes ... moi ca me va bien! Autre bizarrerie: les eis cafes ou cafes de glaces ... les Allemands et les Autrichiens semblent souvent se "contenter" d'une enorme glace pour le dejeuner. Ce soir-la au camping nous rencontrons un Allemand de 71 ans qui nous impressionne. Il voyage a velo seul (il est a la retraite mais sa femme pas encore) et il fait entre 80 et 100 km par jour ... decidement! Il part a 7h30 et il roule plus vite que nous, on le retrouve 3 soirs d'affilee, a chaque fois il est arrive 2h avant nous!Il etait ingenieur sur des tankers aux quatre coins du monde, encore des conversations interessantes ... Nous rencontrons egalement un Francais a velo. Au depart il voulait pedaler jusqu'en Turquie puis il a change d'avis et s'est arrete a Vienne ... on realise qu'on a de la chance d'etre a deux, c'est plus facile d'oser!C'est plus facile aussi pour la securite: pendant que l'un fait les courses, l'autre garde un oeil sur les velos. En meme temps, on jette un oeil aux caddies qui sortent et on espere que l'autre aura vu les melons ou pensera a prendre un des ces yaourts qui ont l'air de-li-cieux! Arrivee a Vienne en milieu de semaine. Les campings sont a 10km, quel dommage, on va devoir dormir dans une hostel. On recommande l'hostel Ruthensteiner, bonne ambiance et confortable ...
On passe une bonne partie des 2 jours a faire des courses: trouver un arceau de remplacement pour la tente (un des tubes a casse a Ulm, pas un pouce de vent pourtant), un Palm (pour vous donner des nouvelles plus regulierement!). On en trouve un mais tout en allemand et impossible de changer la langue, on a achete un dictionnaire! On va aussi a Baden (40 km de Vienne) changer la suspension du velo de Sylvie qui fait un drole de bruit. Un grand merci a Andreas de
Zwei plus zwei, il a pris le temps de repondre a toutes nos questions. Un grand merci egalement a HP Velotechnik qui a remplace gratuitement la suspension et une petite piece sur le velo de Ben!
Nous visitons aussi Vienne, tres belle ville, un peu gachee par toutes les installations pour l'Euro 2008 ...

Vienne - Budapest ... 07/06/08 au 16/06/08


Le site est enfin à jour! Nous pouvons quitter Vienne! La traversée de la ville à vélo n´est pas facile à cause des travaux pour l´Euro 2008. Arrivés sur le Prater, un grand parc, nous rencontrons Peter, un grand cycliste viennois parti plusieurs fois en voyage à vélo dont le dernier en Azerbaïdjan. Il nous invite au festival du film à vélo qui se déroule à Vienne chaque année, peut-être à dans 2 ans alors! Le voyage vers Petronell-Carnuntum à 60km de là se passe bien si ce n'est 2 vieux nudistes en train de se laver sur le bas côté, on dirait de gros sharpeis :o). Au camping nous rencontrons Blue et Tricia, 2 Australiens d´une soixantaine d´années qui se rendent à Budapest à vélo. La discussion est brève car il se fait tard mais au petit matin nous partagons le petit déjeuner avec eux. Nous n´arrêtons pas de rigoler, ils sont vraiment très sympas et ont une pêche d´enfer. Nous faisons le chemin ensemble jusqu´à Bratislava, capitale de la Slovaquie. Nous nous séparons car nous pensons aller à un camping plus éloigné que le leur. Un groupe de Français qui a vu le petit drapeau de Sylvie se dirige vers nous et nous pose plein de questions. Ils sont impressionnés quand on leur dit que l´on vient de Marseille et horrifiés quand ils apprennent que l´on va jusqu' en Chine. Heureusement qu´on ne leur dit pas qu'on tente un tour du monde! Visite rapide de la charmante capitale slovaque, les gens sourient, nous prennent en photo, ça a l´air très sympa. Après réflexion, nous décidons de prendre un peu plus de temps et de profiter de la compagnie de Blue et Tricia. Nous repartons ensemble vers la Hongrie que nous passons 1 h après avoir quitté Bratislava. Arrivés dans la petite ville de Dunakiliti, nous cherchons un camping. Le premier n´est pas à notre goût mais nous trouvons un très  beau camping chez l´habitant. Blue, en bon Australien, a besoin de sa bière ... Nous trouvons un bar très vite grace à son flair imparable. Le lendemain nous faisons route à part mais apres nous etre donné rendez-vous au pub à Gyor, une plus grosse ville à 50km. Arrêt à Mosonmagyarovar, une petite ville qui a pour particularité d´être la capitale de la dent ... En effet, de nombreux touristes étrangers viennent ici refaire leurs dents! Manque de chance, il y 2 campings à Gyor, un vieux et moche, celui indiqué dans le guide et un magnique mini-camping chez l´habitant. Ne les voyant pas arriver, Ben part au 2ème camping à l´autre bout de la ville. Il revient au bout de 10min car, déçus par le 2ème camping, Blue et Tricia sont revenus vers le 1er. Malheureusement Tricia a fait une chute sur la tête et elle est un peu sonnée, ils resteront 1 jour de plus dans ce fabuleux mini-camping. Cela n´empeche pas Blue et Benjamin de boire leurs bières devant le foot! Eh oui, il y a même la télé en plus c´est la France qui joue, Ben est aux anges il a trouvé un ami, une bière et une télé :o) enfin la France n´a fait que match nul alors que les Hollandais on explosé les Italiens héhéhé! Nous disons au revoir à Blue et Tricia que nous ne reverrons certainement pas avant l´Australie où ils nous ont invité. Traversée tranquille de la ville quand soudain "Bang!!!" gros bruit, Ben regarde dans son rétro et voit Sylvie par terre. Une porte de voiture lui a fonce dedans ... la conductrice passe par toutes les couleurs tellement elle a eu peur! Enfin plus de peur que de mal, mais Sylvie a quand même les doigts qui enflent et elle a du mal à fermer la main droite en plus d´un bel hématome à la cuisse. Sachant que l´étape d´aujourd´hui est essentiellement sur route (et non piste cyclable), nous retournons au camping. En fait je suis certain qu´inconsciemment Sylvie voulait rester dans ce joli petit camping avec Blue et Tricia qui nous voient revenir avec plaisir. Nous passons la journée à nous détendre au soleil avant de prendre l´apéro. Nous partons le lendemain pour Komarom, les routes ne sont pas faciles, beaucoup ont changé par rapport a la carte, il y a du traffic et quand ce sont des "pistes cyclables", elles sont impraticables: boue, moustiques etc., nous sommes obligés de pousser les vélos. Komarom n´a rien de spécial a part les bains thermaux. Les campings sont hors de prix, nous prenons bien évidemment le moins cher. Nous rencontrons un couple de Belges retraités qui vient depuis 20 ans. C´est leur dernière année car les prix augmentent à une vitesse folle: x6 en trois ans! Au reveil notre ami Belge nous offre un vrai café, alléluia! Quel bonheur! Les fous de café me comprendront!

Le reste du chemin jusqu´à Budapest n´est pas une partie de plaisir non plus. Etape dans la ville d'Esztergom avec sa très belle basilique avant de rejoindre Budapest. Nous nous arretons d´ailleurs un peu avant Budapest dans l´exécrable camping de Romaï Furdo car Sylvie est fatiguée (pas assez dejeune le matin, ca ne pardonne pas!) avant de rejoindre le lendemain le petit camping de Haller plus proche du centre ville. L´arrivée dans la capitale hongroise est difficile, pas de signalisation et beaucoup de circulation!  Il nous faudra plus de 3 heures pour faire les 20km entre les 2 campings mais c´est aussi parce que nous nous arretons tous les 100m pour répondre aux questions des touristes sur nos vélos. Nous retrouvons Marliese et Willy, les 2 Allemands rencontrés à Gyor au camping. Budapest est une ville magnifique, à mes yeux plus belle que Vienne, je laisse les photos parler! Budapest est en réalité constituée de 2 villes de part et d´autre du Danube: Buda, la vieille ville avec sa superbe citadelle et Pest la nouvelle ville avec son epoustouflant Parlement. Le dimanche, nous revoyons tous nos amis rencontrés sur la route et en particulier Blue et Tricia qui nous prennent en flagrand délit au Mc Donald en train de commander 2 sunday au chocolat (et oui nous ne sommes pas des saints), enfin Blue et Tricia eux aussi étaient venus là pour un sunday :o). Du coup on part au pub, 3 bières plus tard nous réalisons qu´il est trop tard pour mettre à jour le site et se renseigner pour les visas pour l´Asie centrale. Mince alors nous sommes obligés de passer une journée de plus à Budapest! Tant pis nous irons aux fameux bains turcs.


Budapest - Belgrade ... 17/06/08 - 24/06/08


Au camping nous rencontrons deux jeunes Francais, Ben et Matthieu, qui viennent d'Angers a pied et en auto-stop, ils vont ainsi jusqu'a Istanbul. Nous prennons tous nos diners et dejeuners ensemble, Ben en profite, ils ont du cafe! On se donne rendez-vous a Istanbul.

Nous passons deux bonnes heures aux bains avec Blue et Tricia; c'est le pied, bains a 38 degres et piscine a bulles en plein air. Nous les quittons definitivement mais esperons les revoir en Australie chez eux.

La sortie de Budapest a velo n'est pas facile, il y a beaucoup de traffic, nous roulons sur les trottoirs pour plus de securite. Le temps se gate a partir de 15h00, nous accelerons le rythme; vitesse moyenne de 24km/h sur le plat, tant et si bien que nous battons notre record de distance, nous avons parcouru 100km, hourra! L'orage eclate, juste le temps de monter la tente et de faire chauffer la soupe et au lit.

Grises par notre record, nous reiterons pour rejoindre Baja. Sur la route nous rencontrons 3 Belges partis depuis 13 mois pour un tour d'Afrique et du Moyen-Orient a velo, l'un d'eux a meme un velo couche, incroyable, non? Nous passons 1 heure a discuter, echanger les petites astuces et les bonnes addresses, le top, enfin des voyageur au long terme!

Au camping, nous rencontrons egalement Paul, un Allemand de 53 ans, qui se rend a la mer Noire en velo. Nous decidons de faire un petit bout de chemin ensemble.

Le lendemain, passage en Serbie, nous atteignons la frontiere vers 16h30, juste le temps d'atteindre la premiere ville, Bezdan, et de changer nos Florints en Dinars. Nous y rencontrons Michel, un Belge de 62 ans, qui se rend a pied jusqu'a Jerusalem. Il est ravi de pouvoir parler francais, malheureument nous devons le quitter mais pas avant d'avoir pris une photo, echange les addresses email et de s'etre promis de se revoir pour une bonne biere en Belgique.

A partir de la Serbie les campings se font rares, se sera donc des pensions (chambre chez l'habitant) ou du camping sauvage. Nous trouvons une pension a Backi Monostor. Encore une fois, nous avons beaucoup de chance. La pension est tenue par Dejan et sa femme qui nous accueillent royalement. Ils ont nos ages et travaillent dur pour animer leur petit village. Ils ont cree avec des amis une association (Backi Monostor) qui regroupe plusieurs pensions et un centre eco-recreationnel. Nous passons une super soiree avec eux et plein de leurs amis qui n'arrete pas de passer. Ce petit village est en fait super actif: 20 bars & commerces et 3 discotheques, c'est mieux que La Rochelle (hahaha, je plaisante!).

Nous repartons a grand regret pour Vukovar en Croatie. La route cote serbe est magnifique, on s'arrete souvent pour cueillir des fruits, Paul fait meme un saut dans le Danube. Nous nous arretons encore une fois dans une superbe petite ville, Apatin. La pizza n'est pas chere, on en profite! Pendant le dejeuner on rencontre une professeur de francais et ses eleves (en fait pas mal de Serbes parle francais, c'est pratique) et un cycliste serbe que le restaurateur avait appele pour qu'il voit nos engins. Partout on l'on passe, les gens souffrent de torticoli a force de regarder les velos et de prendre des photos avec leur telephone mobile, sans parler des voitures qui klaxonnent ou nous saluent tout en evitant le fosse et la voiture d'en face, enfin bref nous sommes l'attraction.

Nous traversons la frontiere un peu avant Vukovar, ville croate de taille moyenne extrement marquee par la guerre, plusieurs batiments, et en particulier le chateau d'eau ont ete laisse tels quels avec les marques d'obus en memoire a la guerre. Cela n'empeche pas les Croates de faire la fete, ce soir ils jouent contre la Turquie. Comme nous l'explique un Croate, le foot est tres important en Croatie, malheureusement ils perdront le match. Encore une fois notre bonne etoile nous sourit, nous rencontrons Cedric, un Breton d'une trentaine d'annees, qui voyage a velo en Europe depuis 4 ans. Il fait des petits boulots pour pouvoir voyager. Il nous indique un bon endroit ou faire du camping sauvage. C'est au bord du Danube, superbe coucher de soleil. L'endroit est tranquille, c'est bien pour notre premier camping sauvage. Paul nous fait meme une superbe poelee de legume dans son grand wok :o)

Le lendemain on s'arrete un peu avant Novi-Sad, la deuxieme ville de Serbie, a Beocin. Nous rencontrons Mladan qui nous indique ou camper. C'est un superbe endroit au bord du Danube ou 4 ou 5 familles serbes se sont intallees en caravane pour l'ete. Les gens sont adorables, ils nous pretent meme leur table et leurs chaises. Le lendemain l'un d'eux nous offre 2 T-Shirts avec le nom de la biere serbe: Jelen Pivo.

Nous partons tot le lendemain afin de nous rendre a Belgrade ou Beograd, la capitale. La route est longue et ca monte. Nous attaquons notre premiere vraie montee depuis le depart sous un soleil de plomb (37C), 6km de montee a 6-8% sans pousser les velos, deviendrions-nous un peu plus muscle? pas trop tot :o). Et dire que ce n'est rien a cote de ce qui nous attend en Amerique du Sud ou meme en Turquie. Nous arrivons au camping extenues mais heureux. Demain est un jour de repos pour visiter Belgrade.

Belgrade - Vidin ... 25/06/08 - 30/06/08

Belgrade nous choque un peu au debut, tres sale, bruyante et beaucoup de circulation. On se retrouve transportes 3 ans en arriere quand nous etions en Inde! Ensuite on decouvre les petits cafes et restaurants avec leur terrasse en plein air et finalement, on n'est pas si mal ici! Mais on ne vous recommande pas la ville pour sa beaute architecturale c'est sur ...
Nous cassons a nouveau un arceau le soir ... plaisir de demonter et remonter la tente dans le noir a 23h, on aime le camping! Le lendemain, apres une visite infructueuse a un grand magasin nous decidons de rester un jour de plus. Par chance, le Holiday Inn est juste a cote, on utilise les points de Sylvie, le grand luxe! Les receptionnistes sont adorables, quel super pays la Serbie!
On trouve un arceau en fibre de verre dans un petit magasin ... le velo de Sylvie s'alourdit d'au moins un kilo! Soiree paisible devant TV5 ... Ah au fait, il y a une balance dans la chambre, cris de joie suivi d'un silece decu ... Ben a perdu 10 kg et Sylvie pas un gramme! Ben essaye de consoler Sylvie "tu as un super metabolisme" mais essayez de feliciter une fille de ne pas perdre de poids ;o) Enfin je ne me fatiguerais plus a aller a la gym, c'est deja ca!!
Nous quittons Belgrade dans la chaleur, la poussiere, le bruit, les camions, le pont de 1 km vibre, vite, vite on avance! Le soir, notre reve se realise: une voiture s'arrete pour nous! Biljana a habite en France pendant de nombreuses annees et elle est en train de se reinstaller en Serbie avec son mari et ses 2 enfants, Djura (11 ans) et Aleksandra (6 ans). Elle emmene son fils a un match de foot mais nous donne son adresse, on la verra ce soir.
Sa belle-mere nous accueille avec un bon cafe turc et nous voila partis a discuter avec les quelques mots de serbe et francais que nous avons en commun. Ben utilise aussi un peu son russe et les mains font le reste! Pour nous demander comment on fait sous la pluie, Andja jette de l'eau en l'air et ouvre les mains, on se comprend tres bien! On passe une soiree tres chouette avec toute la famille et des voisins qui ont rejoint. Le village est a 8 km de la route principale, ils ne doivent pas souvent voir d'etrangers. Tard le soir, on va boire un verre avec Biljana a Kovin, la ville a cote. Il est minuit mais tout le monde est encore dehors aux terrasses!
Nous quittons toute la famille a regret le lendemain matin, quel accueil! Nous leur souhaitons bonne chance pour se reinstaller en Serbie. Beaucoup de vent sur la route, c'est frustrant d'avancer a 15km/h dans une descente quand on pourrait en faire 22! Nous arrivons a temps pour prendre le ferry, nous avons une heure pour dejeuner: soupe de poisson et salade serbe (concombres et tomates). Nous rencontrons une famille quebecoise qui remonte le Danube de Bucarest a Budapest. Eux aussi ont vu Benoit! Decidement le monde est petit ... Ils nous invitent a passer les voir a Quebec, on en a des gens a voir! Grosse montee de l'autre cote du ferry, sous le soleil qui tape mais on commence a s'y faire. On se souvient de ce que Benoit nous a dit: apres une montee, on profite de la vue et de la descente! Pause dans une petite ville un peu plus loin, la Turquie se rapproche, on a maintenant un loukoum a la rose avec le cafe! Un homme s'approche, prend des photos de nos velos sous tous les angles, c'est le reparateur de velo de la ville, tres sympathique. Il en a vu 2 comme les notres il y a quelques annees! Il nous confirme que le camping a l'entreee des gorges existe, ouf! Autre rencontre tres sympathique: le photographe de GTZ, la compagnie qui fait les cartes pour le Danube a velo. Il est ravi de voir des cyclistes qui utilisent les cartes et nous ravis de rencontrer les gens qui nous machent un peu le travail!
Au camping, deception, nous retrouvons Paul. Nous nous entendons moyennement avec lui mais il insiste a chaque fois pour que nous roulions ensemble. Ben fait les frais de la conversation, Sylvie ne se fatigue pas trop :o) Enorme tempete le soir. Nous sommes a l'entree des gorges, une des plus belles parties du Danube mais aussi un endroit propice aux orages ... Nous ne sommes pas trop rassures, on maintient les arceaux comme on peut mais on ne se fait pas trop d'illusions. La foudre s'en mele, les orages c'est quand meme mieux a l'abri dans une maison! Heureusement la dame du camping nous ouvre un bungalow et on entasse tout a l'abri. Le lendemain, elle refuse qu'on la paye ... encore une preuve de la gentillesse des Serbes!
Les gorges restent un des plus beaux moments de notre voyage le long du Danube. Quelaues montees bien sur ce qui nous permet d'avoir des vues superbes sur le Danube et les Carpathes en Roumanie. Quelques frayeurs aussi: nous traversons 21 tunnels non-eclaires. La plupart sont courts mais l'un d'eux fait 256 m. Il fait noir comme dans un four, on ne distingue pas le milieu et un camion arrive a toute vitesse. On se range puis on sort le coeur battant. Les fois suivantes, on pousse les velos. Nos lampes sont suffisantes pour etre vus mais pas pour voir, si on avait su!
Le soir nous logeons a Tekija, avant la fin des gorges. La dame de la pension est tres gentille (vous auriez devine!). Elle nous accueille avec du cafe turc et un peu plus tard nous offre des abricots. Notre chambre et la terrasse ont vue sur le Danube, ah on serait bien reste un jour de plus!

Nous quittons Tekija requinqués, on serait bien resté un jour de plus dans ce paradis! Aujourd´hui, petite étape, on l´a mérité! Nous traversons un village fantôme: de grandes et belles maisons ... vides! Etrange sensation. Le camping est en fait une étendue d´herbe jaunie face au Danube, toilettes publiques et douches sur la plage a 500m. Et on paye 6 euros! On doit reconnaitre que les prix baissent en allant vers l´Est mais pas autant que la qualité ... On pensait que ce serait l´inverse! Sieste réparatrice après tous ces réveils matinaux pour éviter la chaleur.

Le lendemain on essaye de partir tôt, enfin vers 8h, mais on transpire déjà. On sait, un jour viendra où nous devrons nous lever à 5h ... Ben en frémis d´avance! A Mihailovac, un petit village paisible en bas d´une descente a 12% (on aime!), un jeune homme nous hèle de la terrasse d´un café. Il a habité à Stuttgart et parle bien anglais. Il s´assure qu´on sait où on va, vérifie l´itinéraire avec les vieux du coin et nous confirme qu´on peut boire l´eau des fontaines. Sympa! Un chemin de terre longe le Danube, bordé de maisons ... Pensez les vacances de Marcel Pagnol enfant, la bastide dans la pinède au son des cigales ...

"Bas, c´est toi!" Un homme se jette sur Ben ahuri ... Il y a quelques années, un Hollandais est passé par Negotin sur un vélo couché et Ben lui ressemble ... On est désolé de décevoir son ami serbe!

On meurt de faim mais on reste mystifiés devant le menu. Heureusement une dame nous aborde: "Français?". Serbe, elle habite depuis 30 ans à Paris et revient en vacances régulièrement. Grâce à elle, on fait un de nos meilleurs repas en Serbie! Elle nous explique que les grandes maisons vides de Ljubicevac appartiennent à des Serbes travaillant en France. Ils pensaient faire un bon investissement, probablement en louant. Il y aurait plusieurs dizaines de milliers de ces maisons à vendre en Serbie ...

Une quinzaine de km plus loin, nous entrons dans notre 9ème pays, la Bulgarie. Nous regretterons la Serbie où nous avons été si bien accueillis. Premier contact, Bregovo, immédiatement après la frontière: une immense place vide, de grands bâtiments délabrés et quelques habitants ... "C´est la Russie en 1990!" s´écrie Ben, presque ravi. Tant mieux, il y en a au moins un de nous de 2 qui se sent (presque) chez lui ...

La route serpente entre d´immenses champs de tournesols, blé et maïs, bucolique la Bulgarie! On déchante en arrivant à Vidin, c´est même limite la panique. Il est 8h du soir et on roule au milieu de grands immeubles type HLM ... La banlieue? Eh non, c´est la ville! L´effet de surprise jouera encore pour quelques villes. On se calme et on finit par trouver un bel hôtel avec piscine. Ca fait du bien ... Tellement qu´on y reste 2 nuits! Des Italiens et des Espagnols y logent depuis plusieurs mois. Ils travaillent à la construction du 2nd pont entre la Roumanie et la Bulgarie. On rencontre même un Niçois mais le matin du départ ... Dommage!


Vidin - Istanbul ... 01/07/08 - 06/07/08

On est arrêté pour une de nos pauses eau-étirements-grignotage-bavardage quand un vieil homme s´arrête sur un vélo bringuebalant. Il fouille dans un carton ficelé sur son porte-bagages et nous donne des poignées d´abricots moelleux. On doit l´arrêter, il nous donnerait tout son chargement! "Des abricots, voilà qui va nous donner la pêche ..." sacré Ben! Déjeuner à Lom avec 60 km au compteur, c´est gratifiant. Ben semble d´ailleurs motivé pour se lever plus souvent à 6h, hum ... Encore une fois, on ne trouve que des HLM mais en persérévant on tombe sur le "centre", une place avec quelques cafés aaah, encore faut-il en trouver un qui serve à manger! Montée de 3 km à la sortie, en pleine chaleur et sur des pavés ... Y-a-t-il pire? La descente est bitumée mais un vrai gruyère ... On comprend qu´ils ne se fatiguent pas à recouvrir les pavés! La pension où nous voulions nous arrêter est en fait un motel, trop cher et complet. On nous met dehors sans remords à 7h du soir, on est ahuris! Ils refusent même qu´on campe sur leur pelouse! 10 km plus loin, Orjahovo, ville frontière désolée et toute en montées. L´hôtel aussi est complet, petite montée d´adénaline, il ne reste plus que le trottoir, les environs ne se prêtent pas au camping sauvage. Heureusement, la dame est sympa et nous propose de dormir dans la réception. On est ravis mais la nuit est difficile, des cafards courent partout et une discothèque hurle à côté ... Finalement, on monte la tente intérieure entre les 2 vélos ... On est au moins à l´abri d´un des deux fléaus!

"Pas de sexe!" Le matelot du ferry Bulgarie-Roumanie est atterré. Sitôt à bord, il nous a pris sous son aile et offert un café dans la salle des marins. On répond à ses questions sur le voyage, certaines assez personnelles! Mais c´est vrai que la plupart des soirs on s´écroule ivres de fatigue. Le voilà de retour avec une pastèque pour Ben "Prends sur ton vélo, avec ça tu vas voir, plus de problèmes!" On est désolé de le décevoir mais une pastèque de 6 kg sur la remorque, non, quand même ...

Nous voilà en Roumanie, le pays des carrioles à cheval. Très peu de voitures, on va plus vite que la plupart des véhicules, youpi! La population est partagée entre les Roumains blancs et les Tziganes, assez nombreux. L´état des routes ne s´améliore pas mais au moins on peut zigzaguer entre les trous. Le problème, c´est que les voitures en font autant sans se soucier de ce qui arrive en face. On est content de ne pas rester trop lomgtemps en Roumanie! On note qu´il n´y a aucun panneau de limitation de vitesse, chaque voiture roule à son maximum ... On vous laisse imaginer une grosse Audi traversant à 100 km/h un petit village paisible, doublant une carriole à cheval et nous en face!

Encore une fois, l´hôtel est trop cher et le camping sauvage ne nous tente guère dans cette région. On avise une voiture espagnole, des étrangers, ils nous aideront peut-être! En fait, ce sont des Tziganes. 10 min plus tard, une voiture de gendarmes s´arrête, ils ont l´air soucieux, les Tziganes ne sont pas bien vu ici en Roumanie, bon ce n´était pas une bonne idée! Finalement, les deux gendarmes décident de nous escorter jusqu´au village suivant, quelle équipée! On découvre qu´ils nous emmènent au jardin potager des parents de l´un des deux! Là c´est sûr, on sera en sécurité. Les parents y travaillent du matin au soir, il y a des tomates, du maïs, des arbres fruitiers et même des ruches! Un vrai jardin d´Eden. Ben boit la goutte avec le père et le prêtre de la ville voisine, eau de vie maison! La nuit est quand meme mouvementee : a peine nous sommes nous endormis d’un sommeil reparateur que nous sommes reveilles en sursaut par un garnd fracas au-dehors ! Sueurs froides, qui sera le plus courageux pour sortir ? Allez, Ben … c’est seulement la table que la dame nous a prete qui est tombe, un chat a du sauter dessus finir les restes de la boite de sardines ! On se recouche un peu secoues quand on entend des froissements au niveau de nos tetes, il y a comme un serpent qui se faufile la, on ouvre ou pas ? On jette un regard apeure par la moustiquaire, ouf c’est une minuscule grenouille qui saute partout ! On sait, on a l’air un peu ridicule mais de nuit dans un endroit inconnu, le moidre bruit fait galoper nos imaginations !

Dernière étape le lendemain jusqu´à Giurgiu. La route ondule au milieu de grandes étendues herbeuses, plus de cultures ici. Arrêt à Giurgiu dans un motel tristounet mais on s´en fiche, la première partie du voyage touche à sa fin!

Le lendemain, nous repassons la frontière et réussissons à mettre les vélos dans le train grâce aux talents diplomatiques. Pourtant tout le monde disait que c´était impossible ... Il faut encore vaincre la mauvaise grâce du conductor (chef du wagon) mais enfin, nous voilà tous les 3 dans le compartiment: Ben, moi et le vélo de Ben! Sans compter 6 sacoches et une remorque poussiéreuses ... Mon vélo s´ennuie un peu tout seul attaché à l´arrière du wagon. Nuit mouvementée entre les passages de douanes et les changements de contrôleurs qui, trop zélés, insistent même à 3h du matin pour voir nos tickets ... Mais demain nous serons à Istanbul!

Publié dans Europe

Commenter cet article