Détours gourmands

Publié le par Sylvie

Nous voyageons pour rencontrer des gens et découvrir de nouvelles cultures. Pour nous, culture signifie coutumes et règles sociales, architecture, histoire, poésie, musique et aussi cuisine! Héritage de notre culture française bien sûr, la nourriture est une source vitale d´énergie et de motivation quand nous pédalons. Quand nous rencontrons des gens, s´asseoir autour d´un repas est un moyen bien plus tangible et festif de partager que d´échanger de grandes idées. Surtout quand on ne connait qu´une dizaine de mots dans la langue du pays.

Nous avons donc décidé de partager avec vous nos découvertes culinaires au fil de la route.

 

Turquie

Nous avons surtout mangé dans les lokantas (cantines) des stations services où les plats sont souvent les mêmes. En général, on commence par une tchorba, soupe de lentilles jaunes ou de tomate accompagnée d´un quart de citron. Il y a toujours une grande boîte en plastique pleine de pain sur la table, on "trempe" la soupe comme à la maison!

Ensuite, on a le choix entre divers ragoûts: viande et tomates, haricots verts, pois chiches. Le tavuk ou poulet grillé en sauce se mange avec du riz. Quand on a de la chance, il y a des dolmas: poivrons, tomates ou aubergines farcis de riz et de viande. De temps en temps, on commande un kebab (cubes de viande grillés) accompagnés de tomates et poivrons grillés et de riz au beurre. Il y a plusieurs variantes. Nos favoris sont le adana kebab, des cubes de viande d´agneau épicés et le iskender kebab, des cubes d´agneau servis avec une sauce à la tomate et au yaourt.

Les Turcs sont aussi très friands de köfte, boulettes de viande d´agneau qui se vendent au kilo sur le bord de la route. On peut soit manger sur place ou les emporter cuites ou encore crues et les cuire soi-même.

Pour changer radicalement, on prend parfois une lahmacun ou une pide. La lahmacun est une sorte de pizza très fine et croustillante couverte d´une sauce à la tomate et de viande émincée, parfois fort épicée. La pâte de la pide est plus épaisse et repliée sur les bords, avec du fromage, de la viande ou des légumes. On trouve aussi le durum, une fine galette fourrée de viande d´agneau ou de poulet, de tomates et de salade.

Notre plat favori mais difficile à réussir reste le manti (prononcer mante), de minuscules raviolis fourrés à la viande, servis avec une sauce au yaourt et à la menthe. Si en plus on nous amène du hashashli cörek, de fines galettes feuilletées chaudes parsemées de graines de pavot, c´est le paradis!

Tout repas se termine sur une tasse de tchai (thé), ou même deux, offerte par la maison.

Côté dessert, on trouve le célèbre baklava, pâte feuilletée fourrée aux noix ou aux pistaches. Ben préfère des desserts moins sucrés comme la crème au chocolat ou le riz au lait.

Pour se désaltérer, rien de tel que le ayran, une boisson au yaourt. C´est d´ailleurs facile à faire, il suffit de mixer 1/3 de yaourt pour 2/3 d´eau. On met au frais et on peut le boire!

 

Iran

Nos expériences culinaires ont été assez restreintes du fait du Ramadan, jusqu´au jour où nous avons rencontré Nahid et Bijan à Téhéran. Les 5 jours que nous avons passé chez eux ont été une fête pour nos papilles!

En tête de nos plats favoris vient le fesenjun, morceaux de poulet ou d´agneau cuit dans une sauce faite de noix émincées, oignons et jus de grenade. Le résultat donne une sauce brune qui paraît peu apétissante mais qui, en réalité, est délicieuse. L´alliance du jus de grenade et des noix en fait le roi des plats iraniens!

Le tatchine est une sorte de gâteau de riz fourré au poulet. Un peu bourratif mais exotique avec sa couleur safranée.

Les cucus sont de délicieux gâteaux de légumes, bien meilleurs s´ils sont cuits sans huile (sinon, c´est lourd à digérer). Cucu sabzee (légumes) sont faits d´un mélange d´épinards, d´oeufs, safran, sel et beurre. On mélange le tout en une pâte compacte et on fait cuire dans une poêle couverte comme un gros gâteau. Une autre variante consiste à mélanger des pommes de terre écrasées et des oeufs.

Le raimeh est un ragoût d´agneau cuit avec des tomates juteuses, des lentilles jaunes, des pommes de terre et des oignons. On le mange accompagné de riz blanc et safrané. Les Iraniens parsèment souvent le riz de zereshk, des petites baies rouges au goût acidulé.

Dans la rue, nous avons goûté des nourritures plus simples, des "trucs jaunes" et des "trucs verts" comme on disait, ne connaissant pas le nom. Nous n´avons pas réussi à finir le ragoût jaune, trop fort en goût, probablement cuisiné avec de la chèvre! Le ragoût vert est plutôt bon, un mélange de légumes et pommes de terre on suppose.

On ne vous ennuiera pas avec les kebabs ... Juste pour dire qu'on en trouve partout et qu'ils sont bien moins gras qu´en France.

Au petit déjeuner, les Iraniens mangent du halim, un porridge composé de farine de blé, d´huile et de... viande de dinde! On vous l´accorde, ça ne semble pas très apétissant mais en fait, on ne remarque pas la viande (juste des grands fils qui doivent être le blanc de dinde). Ça donne une pâte blanche élastique qu´on agrémente de cannelle, sucre, graines de sésame... Les petits restos qui vendent les ragoûts verts, ont aussi du halim. On peut le manger sur place ou bien l´acheter à emporter et le manger le lendemain matin.

Le faludel est un dessert un peu particulier. Une glace au safran sur un lit de vermicelles de riz gelés avec un peu de jus de citron. Opinions partagées: un régal pour Sylvie, bof! pour Ben!!

Un autre délice (toujours selon Sylvie) est le halva. Pas la pâte de sésame que l´on connait tous mais un mélange de farine de blé cuite dans de l´huile avec du sucre et d´autres ingrédients que l´on a malheureusement oublié. On obtient une pâte brune au goût légèrement caramélisé.

 

Ouzbékistan

Le plov est le plat national. Nous avons eu l´occasion de voir Firouza (nos hôtes de Karakol) le préparer. Au fond d´une grande casserole, elle met carottes râpées, oignons et quelques morceaux de viande. Un peu de sel et d´huile puis elle recouvre le tout de riz rincé à l´eau froide. Un grand couvercle par-dessus et elle laisse mijoter une bonne demi-heure. Le résultat est un délicieux plat complet, nourrissant sans être bourratif (comme son nom pourrait le laisser entendre!). Chaque région d´Asie Centrale (et peut-être même chaque famille) a sa variante. On peut y ajouter raisins secs, pois chiches et autres légumes.

Le deuxième plat national est le chachlik, brochette de mouton, boeuf ou poulet qu´on trouve à griller sur des barbecues à peu près partout, du petit stand dans la rue au grand restaurant.

Un plat que nous prenons souvent sont les raviolis. Les mantis sont de gros raviolis fourrés à la viande et aux oignons et cuits à l´eau, à la vapeur ou même frits. Même nom qu´en Turquie mais différente façon de cuisiner...

Les pirmenys sont un autre type de raviolis, plus petits. Fourrés d´une farce à la viande, cuits à l´eau ou frits, ils se mangent nappés de yaourt ou nature. A Khiva, nous avons mangé des pirmenys plats et longs fourrés d´omelette et agrémenté de yaourt frais!

Un plat riche en énergie est le laghman. C´est une soupe à base de viande, pommes de terre et oignons et de grosses nouilles. Riche en énergie car bourrée de gros morceaux de gras juteux mmm... Une autre soupe est la shorpa, viande et légumes dans un bouillon.

Petit clin d´œil à l´Inde (de lointaines racines communes?), le nun et les samsas. En Inde, le naan est un épais pain plat qui peut faire office de cuiller. En Ouzbékistan, c´est un pain rond, épais sur les bords et mince au centre. Il accompagne tous les repas et peut même faire office d´assiette. Les samsas  sont des petits pains fourrés à la viande et aux oignons et cuits sur les murs du tandyr (four circulaire, tandoor en Inde) ou rissolés à la poêle.

Notre hôtesse de la guesthouse Malikjon à Boukhara cuisinait chaque soir deux ou trois salades délicieusement assaisonnées de vinaigre, coriandre, gros sel, ail et autres épices: pommes de terre, betteraves, petits pois; choux rouge, lamelles de poivrons rouges et jaunes grillés.

Publié dans Hors-piste

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article