2010 ... toujours sur le dos!

Publié le par Sylvie

1erjanvier 2010 – Puerto Varas, Chili
20 mois ... 15.770 km

De crachin en averses, nous avons fini par rester jusqu’au Jour de l’An!
Nous avons retrouve Celine et Felicien que nous avions rencontre a Cusco au Perou il y a deux mois. Suzana et Yannick, des amis, les accompagnent pour un mois si bien que nous avons fete le Jour de l’An a 8. Super soirée et festin suivis d’un feu d’artifice qui a dure… une demi-heure! La pluie s’est arretee exactement a minuit pour nous permettre d’admirer le spectacle du balcon.
Nous partons aujourd’hui pour Chiloe… si, si, on part!
En guise de cadeau de nouvelle annee, un nouvel album photos a ete cree: la region des lacs. Disfrute bien!

24 janvier 2010 – Coyhaique, Chili
21 mois ... 16.910 km

Nous voilà presque à mi-chemin de la Carretera Austral! Nous avons passé dix jours à turbiner sous la pluie sur les cailloux et dans le sable mais pas de regrets! Cascades, glaciers suspendus, collines verdoyantes (et pour cause!), montagnes enneigées, végétation quasi tropicale, petites cabanes en bois… c’est la Patagonie comme nous l’avions rêvée, la pluie en plus !
Le mauvais temps (c’est la faute de El Nino parait-il) demande un peu plus d’organisation et nous qui sommes déjà naturellement lents le matin le sommes encore plus… La pluie nous force à prendre un peu plus souvent une hospedaje ou à demander un abri à un fermier sympa. Mais la récompense est devant nous tous les jours. Et il faut reconnaitre, même sous la pluie, cette route est magnifique.
Le ripio (route en terre) et la pluie ont bien malmené nos vélos. Nous avons débarqué chez Figon (unique magasin de vélo sur 1.000km et légende de la Carretera Austral) avec une liste en 15 points. Nos moyeux de roue arrière, notamment, ont rendu l’âme en arrivant ici donc nous avons passé quelques jours à attendre les pièces de Santiago.
Demain nous fêtons l’anniversaire de Sylvie. Il y a beaucoup de cyclistes dans cette région et nous rencontrons plein de gens sympas. En ce moment nous logeons dans la même hospedaje que Stéphanie et Félix, un couple Français sur un tandem mixte. Nous les avons rencontré par hasard et, amusant, ils étaient tombé sur notre site en préparant leur voyage !
Nous avons aussi oublié de vous dire que nous sommes passés le mois dernier au journal national, El Mercurio : http://diario.elmercurio.cl/detalle/index.asp?id={d88c6552-27b9-46ab-9d5b-5d22df830c19}
Nous regrettons seulement la bourde énorme : ces cyclistes ont été coincés trois jours par des pluies diluviennes dans un camping au … Turkménistan !!! Ça en dit long sur l’exactitude de ce qu’on lit dans les journaux…
Nous repartons lundi avec Patrice et Céline ainsi que Félix et Stéphanie qui ont décidé de faire un petit bout de route avec nous avant de partir pour Buenos Aires. 

21 fevrier 2010 - El Calafate, Argentine

17.700 km ... 22 mois  

Ça y est, la Carretera Austral, c’est fini! Beaucoup moins de pluie au sud de Coyhaique, certains jours nous avons même pu pédaler en t-shirt. Le dernier jour, arrivée à Villa O’Higgins, a été assez difficile : 100 km non goudronné, bonnes montées, vent violent et pluie… mais nous voulions attraper le bateau du mercredi. Pour finir, il n’est parti que le jeudi, ce qui nous a permis de prendre un jour de repos ! Le passage de la frontière argentine a été une aventure comme on nous l’avait dit. La route se finit là au Chili, il faut donc ensuite faire 500 km en Argentine avant de repasser au Chili, à Puerto Natales. Nous avons d’abord pris un bateau, 2h30 de navigation sur un fjord. Puis nous avons mis nos sacoches sur un cheval et nous avons poussé/pédalé/porté nos vélos sur 20 km. Côté argentin, 7 km de chemin dans un état indescriptible : bourbiers, buissons, rivières, troncs à enjamber… Ensuite, un deuxième bateau nous a déposé de l’autre côté de la Laguna del Desierto et nous avons pédalé les 40 dernier km de ripio jusqu’à El Chalten. 

A El Chalten, nous avons fait quelques balades autour du Fitzroy, une superbe montagne de 3.375  de haut. Ensuite, nous avons parcouru 220 km en deux jours (c’est chouette le goudron !) et sommes arrivés à El Calafate. Hier, nous avons vu le superbe glacier Perito Moreno, très impressionnant. Ça craque de partout, des blocs de glace se détachent et tombent dans le lac…
Demain, nous repartons pour le Chili, Puerto Natales et le parc national de Torres del Paine. La route est goudronnée à part 60 km, c’est la pampa donc peu de montées. Par contre, l’eau n’est pas facile à trouver et il n’y a pas de villages. Comme le vent peut être assez violent et nous ralentir, nous avons prévu deux jours supplémentaires de nourriture (5 jours en tout). Beaucoup de cyclistes ici, nous serons au plus 9 !

 

27 février 2010 - Puerto Natales, Chili
22 mois ... 18.000 km

Plus que 700 km avant Ushuaia ! Le tremblement de terre de samedi matin (épicentre à 350 km au sud de Santiago, près de Concepcion) ne nous a pas affecté. Puerto Natales est très bien abrité et les locaux ne sont pas inquiets donc pas de risque de tsunami ici. Soyez rassurés !

Demain, nous partons pour le parc national de Torres del Paine, nous louons une voiture avec d’autres cyclistes et allons faire deux marches à la journée. Nous avons la flemme de faire le circuit de 4 jours, porter tente, duvets, nourriture etc…

La route de El Calafate à Puerto Natales nous a beaucoup plu, de longues ondulations de terrain, de l’herbe jaunie par le vent … la pampa des gauchos comme on l’imagine ! Nous avons eu beaucoup de vent, de face et de côté, nos muscles ont encore grossi !! Peu de points d’eau et pourtant nous avons vu beaucoup d’animaux : tatou, autruches, renards gris, lièvres et bien sûr, beaucoup de moutons. Aucun village sur 250 km et pourtant nous n’avons pas eu à planter la tente : le premier soir nous avons dormi chez Fabian, un policier qui a été posté sur une portion de ripio de 60 km juste pour aider les cyclistes et les touristes ! Nous sommes arrivés chez lui à 20h, après avoir mis 2h pour parcourir les 20 km de ripio avec du vent de face. 10 min plus tard, il posait une marmite fumante de pâtes et légumes sur la table ! Le lendemain, nous avons dormi à un camp de travailleurs de la route. C’est bien agréable de se réveiller au chaud plutôt que sous la tente !

24 mars 2010 - Ushuaia, Argentine
23 mois ... 18.000 km

Nous sommes arrivés à Ushuaia après une journée terriblement ventée. Partis heureusement très tôt de Tolhuin et de sa fameuse boulangerie, nous avions parcouru 70 km quand nous nous sommes arrêtés vers 13h pour déjeuner… Bien, mais pas suffisant ! Le vent s’est levé lorsque nous avons repris la route, a projeté Sylvie par terre et a fait faire un demi-tour à Hélène… Après la pluie, la Patagonie nous a gratifié d’un dernier cadeau, des rafales à 100 km. Mais nous l’aimons quand même !

Nous nous sommes offert une petite séance photo ce soir, la Carretera Austral et le sud de la Patagonie. Finalement, c’était beau d’un bout à l’autre, sous la pluie, le soleil, les nuages, dans le froid et le vent… et si c’était à refaire ? On signe tout de suite !

A peine arrivés à Ushuaia, Ben s’est empressé de demander Sylvie en mariage sous le panneau ‘Fin del mundo’ sur le port… Sylvie a dit oui, bien sûr. Comment refuser de passer sa vie avec un homme qui est allé jusqu’au bout du monde avec elle ?

Nous volons demain sur Mendoza (en Argentine, à la hauteur de Santiago). A nous le soleil, les montagnes rocheuses de toutes les couleurs, la vie pas chère … nous rêvons déjà au tenedor libre (buffet à volonté) ‘pas cher’ recommandé par des cyclistes. Notre itinéraire un peu flou a décanté depuis notre arrivée à Ushuaia : Mendoza – Salta à vélo. Ensuite, nous avons déjà une petite idée mais comme ça risque encore de changer … nous vous tiendrons au courant dans une prochaine mise à jour !

4 avril 2010 - Mendoza, Argentine
2 ans ... 18.000 km

Une fois tout en bas, il faut bien remonter… Beaucoup de voyageurs (pas à vélo) nous ont demandé : ‘Mais pourquoi vous n’avez pas longé la côte est pour remonter?’. Parce que c’est de la pampa et qu’il n’y a rien à part du plat, du vent et … rien d’autre !

Nous avons volé d’Ushuaia sur Mendoza (même latitude que Santiago) et en quelques heures nous avons subi un gros choc. Il fait 15 à 20C plus chaud ici. C’est aussi la première fois en plus de trois mois que nous passons dans une grande ville (Mendoza compte environ 1 million d’habitants). Première réaction quand nous avons roulé de l’aéroport : ‘Qu’est-ce que ça sent mauvais !’. On avait oublié ce que nos petits poumons absorbent d’habitude… A peine commencions-nous à remonter nos vélos que la télé a débarqué. Nous avons eu droit à notre première interview depuis le début de ce voyage et en espagnol ! Nous ne sommes pas vus à la télé mais quelques jours plus tard, deux hommes nous abordent dans la rue : ‘Je reconnais vos vélos, ils en ont parlé à la radio !’.

Nous sommes depuis … 10 jours à Mendoza ! La ville est agréable bien sûr avec ses petites places et ses rues ombragées de platanes mais elle ne justifie pas 10 jours. Non, il y a eu un concours de circonstances. Jay et Jenny, un couple anglais que nous avions rencontré à Cochrane il y a deux mois, est arrivé une semaine après nous. Nous les avons attendus et devions partir samedi mais nous nous sommes emmêlés les pinceaux dans les horaires de la laverie … bref, la laverie est fermée jusqu’à demain matin et les vêtements de Jay et Jenny sont retenus en otage ! Ben est ravi, jour supplémentaire = bière et asado (barbecue). Sylvie ronge son frein, il y a encore plein d’endroits à visiter !

Nous avons fait un tour à vélo de quelques bodegas (vignobles). Nous avons aussi rencontré Thomas, un cycliste américain ami de Jay et Jenny. C’est le premier vélo couché que nous rencontrons en Amérique du Sud. Son voyage : pédaler d’Alaska à Ushuaia et escalader la plus haute montagne de chaque pays traversé. Comme si pédaler ne suffisait pas… !

Nous allons maintenant ‘compléter’ la partie nord qui nous manque en pédalant jusqu’à Salta, environ 400 km au sud de la frontière bolivienne. Les paysages seront différents de la Patagonie mais tout aussi beaux : montagnes rocheuses aux tons de beige, rouge, ocre, oasis dans les vallées, maisons aux briques d’adobe … Après nos fiançailles à Ushuaia, nous fêterons bientôt un nouvel événement … nos 20.000 km ! D’ici dix jours, nous pourrons déjà nous entraîner en fêtant nos deux ans de voyage !

Nous remercions tous ceux qui nous ont félicité et complimenté/remercié pour le dernier album photo. Nous prenons les photos pour avoir des souvenirs mais aussi pour vous faire découvrir les régions que nous visitons. Nous sommes heureux que les photos vous aient plu et espérons ramener une belle cueillette dans le mois à venir.  

18 avril 2010 - Chilecito, Argentine
2 ans ... 19.500 km

Après les cieux changeant de Patagonie, nous roulons depuis deux semaines sous un grand ciel bleu parcouru de nuages blancs. Il fait bon rouler et camper sans se préoccuper de la pluie, du vent et du froid ! Les gens sont aussi accueillants que dans le sud même s’ils sont parfois très pauvres. Nous sommes d’ailleurs choqués par la différence de niveau de vie entre citadins et campagnards. A peine à une vingtaine de km hors de Mendoza ou San Juan, deux villes importantes, des familles habitent dans de petites maisons aux briques de terre et semblent devoir se contenter de peu pour vivre. Nous sommes toujours reçus à bras ouverts, les gens nous prêtent leur jardin ou une place à côté de leur maison pour que nous plantions la tente. Il y a quelques jours, nous pique-niquons tous les quatre (avec Jay et Jenny) sur la place d’un village. Un homme s’avance vers nous avec trois lourdes grappes de raisin fraîchement lavées et délicieusement sucrées.

Nous avons visité deux magnifiques parcs nationaux. Ischigualasto, surnommé la Vallée de la Lune, regroupe des paysages d’un autre monde très variés datant du Triassique (avant le Jurassique) : formations rocheuses sculptées par le vent, boules de pierre émergeant d’on ne sait où et collines rocheuses beiges et grises. Des fossiles très anciens de dinosaures ont aussi été trouvés dans le parc. Talampaya, 75 km au nord d’Ischigualasto, est un grand canyon aux falaises de roche rouge hautes de 150 m de haut. Au printemps, le canyon est traversé par une rivière mais pendant peu de temps, il ne tombe que 100 mm d’eau par an ici. Le canyon est quand même très vert, les arbres et les buissons plongent leurs racines profondément pour atteindre des poches d’eau souterraines. Des guanacos, des maras (gros rongeurs de la taille d’un lièvre), des condors et même des pumas vivent dans ce canyon grâce aux verdientes, de petites lagunes qui se créent quand les rivières souterraines affleurent le sol.

Hier, nous avons renoué avec le ripio, 20 km seulement, le long de la côte Miranda (60 km en tout). Une superbe montée (et descente) entre des falaises de roche rouge. De temps en temps, un hameau de trois maisons, de quoi refaire le plein d’eau ou planter la tente.

Quelques rencontres en perspective : Dominique et Michelle, deux Sud-Africaines que nous avions rencontrées le jour de la traversée de Villa O’Higgins (avec les bateaux et les chevaux) sont à Mendoza et nous rejoignent d’ici quelques jours. Et nous avons appris par hasard que Michael et Silvia, un couple suisse rencontré à Coyhaique, est à une journée derrière nous. Ils ont rencontré une famille suisse en camping-car qui nous avait offert une petite bouteille de champagne pour fêter nos deux ans sur la route il y a quelques jours…

1er mai 2010 - San Ignacio Mini, Argentine
2 ans ... 19.700 km

Environ 200 km au nord de Chilecito, nous retrouvons Michele et Dominique, deux Sud-Africaines rencontrées deux mois plus tôt le jour du passage de frontière à Villa O’Higgins. Pas de chance, Sylvie débute une tendinite au genou donc nous décidons de partir tous les six (Jay et Jenny sont toujours avec nous) voir les chutes d’Iguazu.

Nous arrivons à Puerto Iguazu après 30h de voyage. Beaucoup de bus sont pleins donc nous passons par Cordoba avant de partir au nord-est. Quelques bâtiments intéressants à Cordoba, la cathédrale et l’université la plus ancienne d’Argentine mais la ville est sale. Ou peut-être avons-nous perdu l’habitude des grandes villes (Cordoba est la deuxième ville d’Argentine, plus d’1.5 million d’habitants). Arrivée à Puerto Iguazu sous des trombes d’eau mais le temps nous gâte avec deux jours de soleil ce qui nous permet de visiter le côté argentin et le côté brésilien.

Le fleuve Iguazu (‘Grande eau’ en guarani) est en crue. Le débit est d’habitude de 1.700 m3/s … en ce moment, après toutes les pluies au Brésil, ce sont 14.000 m3qui passent à la seconde ! Là où d’habitude, il n’y a que 90 cm d’eau, il y en a 3 m. Certains passages ont dû être fermés par sécurité. Des torrents d’eau rouge se déversent en continu du plateau et des nuages d’embruns montent vers le ciel. Côté argentin, nous sommes au beau milieu de l’action, avec des passerelles qui passent au-dessus des chutes et d’autres qui vont au pied. Nous prenons même une douche ! Le côté brésilien donne une vue panoramique : 275 chutes s’étendent sur presque 3 km.

Au retour nous faisons une pause à San Ignacio Mini près de Posadas pour visiter les ruines d’une mission jésuite. Le village nous plait tellement que nous décidons d’y passer la nuit. La tendinite de Sylvie n’est pas encore passée. Nous voyons partir Jay, Jenny, Dominique et Michele à regret. On s’amusait bien à six. Ils vont reprendre leurs vélos et on espère les retrouver bientôt. En attendant, nous passons quelques jours dans une petite hospedaje tranquille avec jardin et barbecue.


13 mai 2010 - Catamarca, Argentine
25 mois ... 19.700 km

A notre retour à Aimogasta, la tendinite de Sylvie est toujours là. Nous prenons donc le bus pour Catamarca en pensant continuer le lendemain sur Tucuman, plus sympa parait-il. Catamarca nous plait tout de suite bien que nous y arrivions de nuit et nous décidons d’y rester quelques jours. Vous nous connaissez, une semaine après, nous y sommes toujours ! Repartir nous démange (déjà presque un mois sans pédaler !) mais nous avons rencontré un ostéopathe et kiné qui s’y connait. Pour faire bref, Sylvie avait non seulement une tendinite au genou mais aussi une inflammation de la partie interne du quadriceps. La tendinite est presque finie mais le quadriceps fait encore mal. Nous attendons de revoir le médecin ce soir pour savoir si on peut repartir en fin de semaine.

En attendant, nous nous occupons : lecture, mise à jour des albums photos, grandes conversations avec Catherine, la seule autre Française ici, cours d’espagnol et … cours de français ! Nous avons rencontré Laura et Marta, deux professeurs de français. Hier, séance d’une heure avec une classe de 12-13 ans … on avait oublié comme c’est bruyant à cet âge-là ! Sylvie les a initiés aux subtilités des crêpes et Ben leur a expliqué qu’en France, il y a des fromages durs, des fromages mous et des fromages qui puent … gros éclats de rire quand Ben s’est bouché le nez ! Demain soir, nous avons une séance avec des étudiants de 3èmeannée de fac, autre registre … Nous continuons à recevoir des nouvelles des copains : ‘On est à Tafi … on est à Salta …’. Petit pincement au cœur à chaque email, ils s’éloignent sans nous ! Nous pourrions prendre le bus pour les rejoindre mais nous n’avons pas envie de voyager en pointillés et le paysage va être de plus en plus beau à partir de maintenant.


 

22 mai 2010 - Catamarca, Argentine
25 mois ... 19.700 km

C’est bien la première fois que nous vous envoyons des nouvelles aussi fréquemment ! Dommage qu’il n’y ait rien de très exotique à vous raconter : les asados au soleil, les rencontres avec les gens d’ici et les visites de Sylvie chez le kiné.

En début de semaine, nous avons consulté un traumatologue orthopédiste qui nous a conseillé des anti-inflammatoires : une piqûre de cortisone et un patch qui diffuse des anti-inflammatoires type Voltarène pour quelques jours. Nous n’aimons pas trop ce genre de méthode mais le résultat semble être là : aujourd’hui Gabriel, le kiné, a pu masser les muscles contracturés de Sylvie sans que ses cris n’alertent les voisins et il avait l’air positif. Demain, nous partons donc faire un nouveau test à vélo … nous reprenons espoir !

Pour s’occuper, Sylvie a développé le site. Avis à tous ceux qui préparent un voyage à vélo : vous trouverez une mine d’informations sur la page Equipement et préparation. Pour tous ceux qui sont curieux de savoir pourquoi nous aimons tant pédaler : 15 bonnes raisons de voyager à vélo. Ben aiguise ses capacités stratégiques en enchaînant les parties de backgammon avec Catherine. Ses victoires à répétition ne le lassent pas encore.

Nous passons aussi beaucoup de temps avec Laura et Martha, les deux professeures de français qui se plient en quatre pour nous. Martha nous amène régulièrement des douceurs typiquement argentines (noix confites au dulce de leche, confitures…) et Laura passe souvent pour bavarder, nous amener un film… Nous ne nous ennuyons pas non plus grâce à la compagnie de Catherine : conversations, Scrabble, backgammon, déjeuners et dîners en commun. Nous avons aussi rencontré Alejandro, un guide de montagne aussi entraineur cycliste qui a emmené Ben pour une petite sortie à vélo.

Le moral est bon et nous espérons repartir bientôt ! 

 

13 juin 2010 – Cafayate, Argentine

26 mois … 20.300 km

Nous avons repris la route il y a 2 semaines, soulagés ! Sylvie n’est pas au top de sa forme musculaire donc nous y allons doucement : plus de ripio et des distances ‘raisonnables’ … dur, dur de rouler 60 km quand 100 km était avant une journée ‘normale’ ! Nous avons quand même fait la montée à Tafi del Valle, 2500m de dénivelé en 2 jours et demi, sans encombres et le reste du voyage devrait se faire par des routes moins montagneuses.

Très belle route en lacets à travers la forêt pour monter à Tafi del Valle où nous avons rencontré Pierre et Laure qui commencent un tour du monde à vélo couché (Enviroulemonde). Du coup, nous avons roulé ensemble jusqu’à Cafayate. Montée à travers des paysages arides du style pampa jusqu’au col de l’Infiernillo (3040m, ‘le petit enfer’ en espagnol). Belle descente dans une forêt de cactus sur le petit village d’Amaicha. Puis début de la route des vins, à travers les vignobles du nord de l’Argentine jusqu’à Cafayate.

Là nous avons laissé les vélos et parcouru la très belle piste par le village de Cachi, en voiture avec Vincent et Agnès, deux Marseillais. Pause obligée dans un petit village pour le premier match de la France, Ben et Vincent étant fans de foot. Ils ont été jusqu’à demander aux policiers du village quel bar avait le plus grand écran ! Cette route est magnifique, des paysages arides, des défilés rocheux débouchant par surprise sur des vallées cultivées…  Demain, nous montons à Salta par la route asphaltée.

Bientôt la fin de notre périple en Amérique du Sud : de Salta, nous montons jusqu’à Humahuaca voir la colline aux 7 couleurs. Puis bus sur Buenos Aires d’où nous volons le 4 juillet sur Toronto … Canada, nous voilà ! Au programme : Toronto-Québec avec un petit détour par Windsor pour rendre visite au père de Ben. Au mois d’août, Nouvelle Ecosse et peut-être Terre-Neuve.


4 juillet 2010 – Buenos Aires, Argentine

26 mois … 20.800 km

Et voilà … notre dernier jour sur le continent sud-américain ! Nous volons cet après-midi sur Toronto et arrivons demain matin à 5h30. Nous y passons quelques jours avant d’aller rendre visite au Papa de Ben à Windsor … depuis le temps que tous les deux attendent ce moment ! Nous en parlons depuis le départ, il y a 2 ans.

Notre escapade dans la Quebrada d’Humahuaca a été un vrai plaisir : nous sommes montés en bus et avons redescendu les 220 km et 1.500 m de dénivelé à vélo … pourquoi se priver ? Au risque de se répéter, les paysages étaient … magnifiques, surtout autour du village de Purmamarca, la colline des sept couleurs se couvre de tons chauds le matin avec le soleil. Nous nous sentions presque en Bolivie : gens aux cheveux et à la peau foncée, tissus colorés…

A Salta et à Buenos Aires nous nous sommes retrouvés pris dans la fièvre du football. Ils ne plaisantent pas avec le foot ici ! Les gens en parlent dans les magasins, dans la rue … jusqu’aux petits chiens dont le manteau est aux couleurs de l’Argentine, bleu et blanc ! Malheureusement aujourd’hui le pays est en deuil, l’Argentine a perdu 4-0 contre l’Allemagne … ce qui leur rappelle amèrement une défaite identique il y a 4 ans, aussi contre l’Allemagne et aussi en quart de finale… Paul et Mariana nous ont dit que le pays entrait une période de Dépression qui allait bien durer deux mois…

Un grand merci à Paul et Mariana pour nous héberger quelques jours chez eux !

La suite… De mi-juillet à mi-août, nous pédalons de Toronto à Québec. Puis nous prenons le bus ou le train sur Halifax. Au programme, la Nouvelle Ecosse et Terre-Neuve dont on nous a vanté la sympathie des locaux et la beauté des paysages.


17 juillet 2010 – Toronto, Canada

27 mois … 20.800 km

Nous sommes depuis deux semaines en Ontario. Arrivés à Toronto, nous y avons passé quelques jours chez Sébastien et Carolina. Nous avons enfin rencontré leur petit Pablo né l’an dernier. Ben connait Sébastien et sa famille depuis une dizaine d’années du temps où il habitait à Toronto (ah, le bon vieux temps !). Ensuite direction Windsor … ne vous inquiétez pas, pour nous aussi Windsor rimait avec royauté anglaise … jusqu’à il y a quelques mois, lorsque le père de Ben obtient un travail dans cette petite ville canadienne en face de … Detroit ! Là, on situe un peu mieux. Pas grand-chose à faire, ce qui nous a permis de mettre un nouvel album photo sur le blog et de planifier un peu mieux la suite du voyage. Sylvie en a aussi profité pour faire plusieurs séances de kiné et ostéopathie, nous mettons toutes les chances de notre côté pour les magnifiques paysages de Nouvelle Ecosse et Terre-Neuve !

Même si nous sommes déjà venus plusieurs fois au Canada (dont un an à l’Université Laval de Québec en 1999-2000), nous recevons quand même un petit choc à notre arrivée. Temps chaud et humide 14h après avoir quitté le froid hivernal de Buenos Aires … une bonne petite claque. La dernière fois que nous avons pédalé dans une atmosphère chaude et humide, c’était au Japon, il y a huit mois ! La deuxième surprise est très agréable … le Canada est ‘bicycle friendly’ ! On aurait dû s’en douter. Nous parcourons les 40 km entre l’aéroport et l’appartement de Sébastien et Carolina à travers des parcs et sur des pistes cyclables. Des arbres, des buissons, des fleurs, de l’herbe bien coupée … tout ce vert rafraichit et détend après trois mois de paysages minéraux et arides dans le nord de l’Argentine. Libanais, Italiens, Grecs, Chinois, Coréens … le Canada est un grand melting pot de cultures, nous en profitons à l’heure des courses. En Argentine, nous avons apprécié la viande (enfin Ben !) et les fruits et légumes frais … mais ici, nous sommes contents de retrouver une nourriture variée : fromage de chèvre, salades asiatiques, glaces en tout genre, baguette … mmm !

Lundi, les vacances sont finies. Nous reprenons nos vélos et pédalons de Toronto à Québec. La route s’annonce agréable, le long du Rideau Canal, un réseau d’écluses entre Kingston et Ottawa, et le long du Saint Laurent, avec des arrêts chez des amis tous les 3-4 jours … et même une petite escapade à New York à la fin du mois !

 

15 août 2010 – Québec, Canada

28 mois … 21.800 km

En un mois, nous avons parcouru 1.000 km mais surtout revu de nombreux amis … nous nous sommes même fait de nouveaux amis, comme David qui nous a bien aidé à Montréal.

La nouvelle du mois : nous avons pris notre billet de retour … nous atterrissons le 23 septembre à Amsterdam. Retour par la Hollande, la Belgique (où la famille de Ben nous attend de pied ferme !) et le nord de la France pour arriver à La Rochelle courant novembre.

En attendant ces réjouissances d’automne, nous allons encore pédaler quelques km au Canada : cap Breton (Nouvelle Ecosse), une des plus belles routes pour les cyclistes parait-il. Puis une invitée surprise nous rejoint : Géraldine, une amie de lycée de Sylvie vient pédaler avec nous sur l’île du Prince Edouard et les îles de la Madeleine.

 

1er septembre 2010 – New Glasgow, Canada

28 mois … 22.230 km

Nous venons juste de finir la mythique Cabot Trail, une route qui fait le tour du Cap Breton, en Nouvelle Ecosse. Cette route magnifique ne nous a pas laissé intacts … nous ramenons une moisson de bons souvenirs, belles rencontres et superbes photos … malheureusement, Sylvie s’est encore fait mal aux genoux. Aller faire des pentes à 14% n’était peut-être pas très intelligent il faut dire, mais une route en bord de mer, c’était tellement tentant !

En attendant, Earl s’étant invité pour l’anniversaire de Ben (dimanche 5), nous allons avoir un peu de répit avant de reprendre le vélo. Un ouragan, le deuxième de cette saison, est en train de foncer sur la Nouvelle Ecosse et l’île du Prince Edouard, notre destination du week-end, avec des vents de 200 km/h … comme dit Ben, avec un vent de dos pareil, on aura vite fait le tour de l’île !

Géraldine (amie de lycée de Sylvie) nous a rejoints aujourd’hui. Bob, son hôte de Truro, l’a amenée à mi-chemin et Ben est venu à sa rencontre. On espère que les genoux vont bientôt aller mieux … quant à l’ouragan, on ne peut pas faire grand-chose !

Pour le moment, nous sommes hébergés gentiment par Cathy, la maman de Keely … Nat (ami de prépa de Ben) et Keely étaient censés se joindre à nous pour pédaler ce week-end … on va devoir revoir nos plans ! Un petit week-end ‘party’ à Halifax … ?


5 octobre 2010 – Bruxelles, Belgique

30 mois … 22.770 km

Les plans ne se déroulent jamais comme prévu … ça pourrait bien devenir notre adage ! Au départ de ce voyage, nous n’étions même pas sûrs de passer la frontière allemande à cause des genoux de Sylvie. Nous pensions à ce retour par la Hollande, la Belgique et la France depuis des mois … eh bien, il n’aura pas lieu !

La blessure au genou de Sylvie (fin août sur la Cabot Trail en Nouvelle Ecosse) n’est pas finie. Nous avons parcouru 120 km en Hollande avant que les genoux ne crient grâce … allez, c’est la fin et ils ont bien mérité du repos ! Réaliser que nous n’arriverons pas à vélo a été difficile à accepter. Comme dit Yann, le frère de Sylvie, ‘c’est comme un alpiniste qui doit faire demi-tour 50 m avant le sommet’ … et c’est tout à fait ça. Difficile d’échanger un retour triomphal à vélo pour une arrivée en train ! Les cyclistes comprendront…

Nous avons passé une semaine en Hollande à faire le tour des amis, rencontrés lors de ce voyage-ci ou du précédent, super moments …

Court passage à Anvers chez Karolien, la ‘belle-sœur’ de Sylvie, chez qui nous avons eu l’impression de revenir 10 ans en arrière (‘le bon vieux temps’), plongés dans une ambiance estudiantine exubérante et accueillante.

Puis Bruxelles où nous débutons notre ‘Belgium tour’, visite chez Yves et Alix, oncle et tante de Ben. C’est chez eux que nous avons pris la décision d’arrêter le vélo et ils nous ont bien aidés à digérer cette pilule un peu amère ! Cette semaine, nous continuons notre tour par Nivelles et Namur … encore des repas chaleureux et arrosés en perspective ! Ben fera la route à vélo et Sylvie prendra le train.

En fin de semaine prochaine, le père de Sylvie monte nous chercher en voiture. Il nous facilite le retour car mettre les vélos dans le train en France n’est jamais facile. Ensuite, nous entreprenons un petit tour de France par Marseille, Lyon et Paris avant de repartir en Angleterre … travailler ! Eh oui, il faut bien si on veut repartir voyager ;o)

Nous vous tiendrons au courant de notre retour à la vie civilisée sur cette page.

Un grand merci à tous ceux qui nous ont suivis sur ce blog. Nous espérons pouvoir un jour publier à nouveau des histoires incroyables et de belles photos lors d’un nouveau voyage.

Commenter cet article